Histoire de la Papouasie

wikipedia-1.jpgdaddy-002-1.jpg                                

Papouasie-Nouvelle-Guinée

Independent State of Papua New Guinea

 

Madagascar l'Île Empreinte

La Papouasie-Nouvelle-Guinée ou en forme longue l'État indépendant de Papouasie - Nouvelle-Guinée, en tok pisin Papua Niugini, en anglais Papua New Guinea et Independent State of Papua New Guinea, est un pays d'Océanie (capitale : Port-Moresby) occupant la moitié orientale de l'île de la Nouvelle-Guinée (462 840 km²) (l'autre moitié, la Nouvelle-Guinée occidentale étant sous souveraineté indonésienne). Elle est située dans le sud-ouest de l'océan Pacifique, au nord de l'Australie, et à l'ouest des îles Salomon.

Le nom du pays provient de "Papou", mot qui, d'après le naturaliste Alfred Wallace, est issu du malais puwah-puwah ou papuwah qui signifie « crépu » [2].

L'ethnologue français Christian Pelras, spécialiste du Sud de l'île de Sulawesi, écrit que des cartes établies au XVIIIe siècle par les Bugis mentionnent le nom de "Papua" pour désigner la Nouvelle-Guinée[3].

Nouvelle-Guinée est le nom qu'a donné au XVIe siècle un explorateur espagnol, en raison de la ressemblance qu'il trouve aux habitants avec la population de Guinée équatoriale en Afrique.

Devise nationale : Unis dans la diversité - Langue officielle : Anglais, Tok pisin, Hiri motu - Capitale : Port Moresby - Forme de l’État : Monarchie constitutionnelle  - Reine du Royaume-Uni et des royaumes du Commonwealth : Elisabeth II, Actuellement en fonction Depuis le 6 février 1952 - Gouverneur général : Sir Michael Ogio - Premier ministre : Peter O'Neill  - Superficie : 462 840 km2 - Population : 5 940 775 hab. (2009) – Densité : 13,1 hab./km2 - Indépendance : De l'Australie – Date
16 septembre 1975 - Monnaie : Kina (PGK) - Fuseau horaire : UTC +10 - Hymne national : O arise all you sons of this land

Histoire

Colonisée par l'Australie au nom de la Grande-Bretagne (1883) et par l'Allemagne (1884), la Papouasie-Nouvelle-Guinée est indépendante au sein du Commonwealth depuis 1975.

Le pays a vécu des conflits frontaliers avec l'Indonésie et des mouvements sécessionnistes, tel celui de l'île de Bougainville, où la guérilla aurait fait plus de 100 000 morts.

Politique

Article détaillé : Politique de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est membre du Commonwealth et la reine Élisabeth II en est le chef d'État. Elle est représentée par un gouverneur général.

Le pouvoir exécutif est détenu par le Premier ministre, qui dirige le cabinet. Le parlement unicaméral a 109 sièges, dont vingt sont occupés par les gouverneurs des vingt provinces. Les parlementaires sont élus tous les cinq ans.

Les élections attirent un grand nombre de candidats ; de nombreux membres du parlement sont élus avec moins de 10 % des voix.

Depuis les années 1960, des tensions séparatistes sur l'île de Bougainville opposent les insulaires au pouvoir central. Ce conflit entraîna des affrontements violents dans les années 1980, l'échec de la stratégie de harcèlement judiciaire des propriétaires terriens de l'île (qui abrite la mine de cuivre de Panguna, aujourd'hui désaffectée) conduisant à une radicalisation du conflit, avec la création en 1988 de l'Armée révolutionnaire de Bougainville.

Subdivisions

Article détaillé : Subdivisions de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est divisée en vingt provinces réparties en quatre régions créées lors de l'indépendance du pays le 16 septembre 1975.

Région des Hautes Terres

Région des Îles

Région Momase

Région Papouasie

Simbu (2)

Nouvelle-Bretagne orientale (4)

Sepik oriental (5)

Province centrale (1)

Hautes-Terres orientales (3)

Manus (9)

Madang (8)

Golfe (7)

Enga (6)

Nouvelle-Irlande (12)

Morobe (11)

Baie Milne (10)

Hautes-Terres méridionales (15)

Bougainville (14)

Sandaun (19)

Province nord (13)

Hautes-Terres occidentales (17)

Nouvelle-Bretagne occidentale (18)

 

Province ouest (16)

 

 

 

Capitale nationale (20)

Éducation

Une grande proportion de la population se compose d'analphabètes[4]. Les femmes sont particulièrement touchées[4]. Une grande partie de l'éducation est dispensée par l'église[5]. En effet, plus de 500 écoles sont rattachées à l'Église évangélique luthérienne de Nouvelle-Guinée[6]. Le pays dispose de plusieurs universités.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mardi 29 Novembre 2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×