Histoire de Grénade

wikipedia-1.jpgdaddy-002-1.jpg  

Grenade

 

Grenada

Robert ANDRIANTSOA

La Grenade, en anglais Grenada, est un pays des Antilles situé au nord de Trinité-et-Tobago, à 200 km au nord du Venezuela. D'une superficie de 350 km², cette île compte environ 90 343 habitants (en 2008). Saint-Georges en est la capitale. Ses habitants sont les Grenadins2.

La Grenade a été surnommée « l'île aux épices » pour ses bâtonnets de cannelle, clous de girofle, son curcuma et surtout sa noix de muscade et son macis.

En 2004, le pays a fait la une de l'actualité suite au passage de l'ouragan Ivan.

Devise nationale : ever conscious of God, we aspire, build and advance as one people – Langues officielles : Anglais - Capitale : Saint-Georges

- Forme de l’État Monarchie constitutionnelle :

pdt-monde-royaume-uni-elisabeth-II.jpgpdt-monde-grenade-carlyle_glean.pngpdt-monde-grenade_tillman_thomas.jpg

Reine du Royaume-Uni et des royaumes du Commonwealth : Elisabeth II, Actuellement en fonction Depuis le 6 février 1952 : (59 ans, 9 mois et 27 jours) -  5e Gouverneur général de la Grenade Carlyle Glean, Actuellement en fonction Depuis le 27 novembre 2008, (3 ans, 0 mois et 5 jours) - 6e Premier ministre de la Grenade : Tillman Thomas, Actuellement en fonction Depuis le 9 juillet 2008, 3 ans, 4 mois et 24 jours -

- Superficie : 350 km2 - Population : 90 343 hab. (2008) - Densité : 258 hab./km2 - Indépendance : Royaume-Uni – Date : 7 février 1974 - Monnaie : Dollar de la Caraïbe orientale (XCD) - Fuseau horaire UTC -4 - Hymne national Hail Grenada.

Histoire

Avant l'arrivée de Christophe Colomb, en 1492, l'île était habitée par les Caraïbes. Christophe Colomb baptisa cette île Concepción. Une compagnie fondée par le cardinal français Richelieu acheta l'île aux Anglais en 1650. Grenade resta sous domination française jusqu'en 1762. Grenade devint officiellement britannique en 1763 par le traité de Paris qui met fin à la Guerre de Sept ans. Les Français se réemparèrent de l'île en 1779, mais les Britanniques la reprirent peu après. En effet, les deux camps signèrent le traité de Versailles en 1783. Provoquée par Victor Hugues une révolte pro-française éclata en 1795 mais fut matée par les troupes britanniques.

De 1958 à 1962, la Grenade devint une province de la Fédération des Indes occidentales qui éclata rapidement.

L'île accéda à l'indépendance le 7 février 1974 sous Eric Gairy. Mais le gouvernement de celui-ci devint progressivement autoritaire, déclenchant un coup d'État en 1979 par le populaire et charismatique leader populiste Maurice Bishop. Bishop n'organisa pas d'élections et sa politique socialiste le rapprocha considérablement des communistes de Cuba. Ceci était dérangeant pour les pays voisins, comme Trinité-et-Tobago, la Barbade, la Dominique et surtout les États-Unis. Au sein du gouvernement socialiste, des dissensions entre une section pro-soviétique loyale à Moscou et les partisans de Bishop conduisirent à l'arrestation de ce dernier. Il fut exécuté le 19 octobre 1983, l'armée (dominée par les éléments pro-soviétiques) prenant le pouvoir.

L'intervention américaine[modifier]

Article détaillé : Invasion de la Grenade.

Six jours après la prise de pouvoir par l'armée en octobre 1983, la Grenade était envahie par une coalition menée par les États-Unis, une opération nommée Urgent Fury. Cette intervention fut demandée par l'Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO). La requête fut rédigée à Washington3. L'opération fut le plus grand déploiement américain depuis la guerre du Vietnam.

La guerre fut rapide et la coalition américaine (7 000 soldats américains et 300 hommes d'Antigua, la Barbade, la Dominique, la Jamaïque, Sainte-Lucie et Saint-Vincent, qui n'ont pas participé aux combats) vint rapidement à bout des forces grenadiennes (1 200 soldats, assistés par 784 Cubains et quelques instructeurs provenant d'URSS et d'autres pays communistes). Une partie des Cubains présents étaient en fait des ouvriers travaillant à la construction d'un grand aéroport sur l'île, qui avaient reçu un bref entraînement militaire4. Cet aéroport (l'actuel aéroport Maurice Bishop International Airport) fut achevé par les États-Unis plus tard.

Le président américain Ronald Reagan avait lancé l'attaque notamment pour assurer la sécurité des étudiants américains présents. Il apparaît aujourd'hui pour la plupart des observateurs que rien ne menaçait réellement ces étudiants, et que le traumatisme de la prise d'otage de Téhéran a causé cette réaction forte des États-Unis5. Il faut également relever que deux jours auparavant, le 23 octobre 1983, un attentat meurtrier à Beyrouth contre une caserne américaine (concomitant à l'attentat du Drakkar) avait meurtri les États-Unis. Les États-Unis n'étaient pas favorables à l'établissement d'un nouveau relais communiste aux Amériques. Ronald Reagan avait notamment dénoncé la construction de l'aéroport de Point Salines avec l'aide de Cuba, affirmant qu'il avait un objectif militaire6.

La reine Élisabeth II, chef d'État de la Grenade, a vivement dénoncé l'invasion, tout comme les Nations unies (veto américain au Conseil de sécurité, et 108 contre 9 à l'Assemblée générale). Le bilan de l'invasion fut de 19 soldats américains, 45 soldats grenadiens et 25 Cubains tués. De nombreux civils ont également été tués (au moins 24 recensés, peut-être plus de 100 en réalité)7. Par exemple, un hôpital psychiatrique fut bombardé à la place d'un quartier général militaire8. Des élections furent tenues en 1984, et virent la victoire des pro-Américains.

Le 6 septembre 2009, l'ancien vice-Premier ministre Bernard Coard et six autres hommes ont recouvré la liberté après quelque 26 ans derrière les murs d'une prison datant du XVIIe siècle.

Politique

La Grenade est une monarchie parlementaire multipartite où le Premier ministre est le chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est détenu par le gouvernement tandis que le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et le parlement. Le pouvoir judiciaire est indépendant des deux premiers. Les institutions politiques et judiciaires sont largement inspirées de la Common Law britannique.

Pouvoir exécutif

La reine d'Angleterre, chef de l'État officielle, est représentée par un gouverneur général qui agit sur conseil du Premier ministre et du cabinet. Le gouverneur général nomme le président de la Cour suprême après avoir consulté le Premier ministre et le leader de l’opposition. Il nomme les autres juges en entente avec une commission judiciaire.

Le Premier ministre est le leader du parti majoritaire. Lui et son gouvernement répondent politiquement de leurs actes devant le Parlement, en accord avec le système de Westminster.

Pouvoir législatif

Le Parlement est composé de deux chambres. La Chambre des représentants compte 19 membres élus pour 5 ans dans des circonscriptions à siège unique. Le Sénat compte 13 membres dont 10 sont nommés par le gouvernement et 3 par l’opposition.

Pouvoir judiciaire

La plus haute instance judiciaire est le Privy Council du Royaume-Uni. La Grenade est par ailleurs membre de la Cour suprême de la Caraïbe orientale.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : samedi 03 décembre 2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×