Histoire de l'Alaska

wikipedia.jpgDADDY-002.jpg                

                                                                     Alaska

 

 

Madagascar l'Île Empreinte  

L'Alaska (« continent » en aléoute1) est l'État des États-Unis le plus étendu du pays avec une superficie totale de 1 717 854 km², soit trois fois celle de la France. Il est peuplé de 683 478 habitants2, soit l'équivalent du département français du Gard3. Comme l'État d'Hawaï, l'Alaska est séparé du bloc géographique principal formé par les États-Unis et se situe au nord-ouest du Canada. Bordé par l'océan Arctique au nord et la mer de Béring et l'océan Pacifique au sud, ce territoire est distinct de l'Asie par le détroit de Béring. On appelle ses habitants les Alaskains (anglais : Alaskans) et sa capitale est Juneau. Cette région, que l'on appelait au XIXe siècle l'« Amérique russe », tire son nom d'une longue presqu'île, au nord-ouest du continent américain, à environ 1 000 km au sud du détroit de Bering, et qui se lie, vers le sud, aux îles Aléoutiennes.

Origine du nom

Alaska est la version russe (Аляска) du mot Aléoutiennes Alakshak, ce qui signifie terres ou grande péninsule. Les Aléoutes sont des gens qui habitent les îles Aléoutiennes et l'ouest de l'Alaska, étroitement lié physiquement et culturellement à des Esquimaux.

-         Administration : Pays : États-Unis

-         Capitale Juneau

-         Gouverneur : Sean Parnell (R) (2009-)

-         Adhésion à l'Union 3 janvier 1959 (49e état)

-         Superficie 1 717 854 km2 

-         Population (2010) : 0 231 hab.  

-         Densité 0,47 hab./km²

-         Langue(s) officielles : Anglais

-         Politique Sénateurs : Mark Begich (D) Lisa Murkowski (R)

Géographie

Situation et caractéristiques générales

L'Alaska ne possède aucune frontière commune avec un autre État américain. Il partage cette caractéristique avec Hawaï. Il est bordé à l'est par le territoire du Yukon et la Colombie-Britannique, deux provinces du Canada. La frontière entre l'Alaska et le Canada s'étend sur 2 477 km7. Ailleurs, trois ensembles maritimes entourent l'Alaska : le golfe d'Alaska, qui se trouve au nord de l'océan Pacifique ; la mer de Béring et la mer des Tchouktches, qui le sépare de l'Asie à l'ouest ; la mer de Beaufort enfin, qui borde les côtes nord et fait partie de l'océan Arctique. Le détroit de Béring sépare naturellement l'Alaska de la Russie.

L'Alaska est le plus vaste État des États-Unis : une superficie de 1 717 854 km² dont 1 481 305 km² de terres, ce qui représente 18,7 % du territoire américain et trois fois la superficie de la France métropolitaine8. Il s'étale sur environ 43° de longitude (130/173°W) et 16° de latitude (71/55°N) : c'est donc en Alaska que se trouvent le lieu le plus à l'ouest (île Attu) et le lieu le plus au nord (Barrow) des États-Unis. Le centre géographique de l'État se situe à 63°50' de latitude nord et 152°00' de longitude ouest9.

Selon une étude de l’United States Bureau of Land Management datant de 1998, environ 65 % du territoire est la propriété du Gouvernement fédéral des États-Unis, qui gère les forêts, les parcs et les réserves naturelles nationales de l'Alaska. Le reste est géré par l'État d'Alaska (25 %) et par les organisations indigènes créées par l’Alaska Native Claims Settlement Act de 1971 (10 %).

Littoral et hydrologie

Le rivage alaskien est découpé et accidenté: les chaînes côtières plongent dans l'océan. La transgression flandrienne a provoqué une remontée du niveau des eaux et formé des fjords impressionnants. La navigation est rendue difficile par la présence d'obstacles permanents (îles, écueils) ou temporaires (icebergs). Le fait que la côte soit fortement découpée a permis l'installation de plusieurs ports. L'Alaska comprend de très nombreuses îles, en particulier au sud (archipel Alexandre) et à l'ouest (îles Aléoutiennes), ce qui explique la grande longueur du littoral. La plus grande île est l'Île du Prince de Galles. L'archipel des aléoutes s'étend sur plusieurs centaines de kilomètres. Le Passage Intérieur est utilisé pour la navigation : il mesure 860 km de long et compte 70 grands glaciers entre les 55e et 61e parallèles, le continent et l'archipel Alexandre10. Le nombre de lacs est estimé à plus de trois millions, celui des cours d'eau à 3 00011. Les glaciers couvrent plus de 41 000 km².

Relief et géologie

Avec ses glaciers qui produisent des icebergs, ses volcans qui sculptent des vallées lunaires, ses montagnes qui continuent de s'élever vers le ciel, l'Alaska, aux paysages en perpétuel devenir, est le contraire d'une terre ferme. Ce coin de la planète, terre d'élection pour les géologues, est le théâtre de vastes mouvements tectoniques : failles, éruptions, séismes sillonnent et secouent ce « bloc fantastique venu d'ailleurs »[réf. nécessaire].

Des 3 000 cours d'eau qui sillonnent l'Alaska, le Yukon est le plus célèbre. Il serpente sur 2 000 km, de la frontière canadienne à la mer de Béring, charriant encore les pépites de la ruée vers l'or : une voie légendaire et historique. Le nom d'Alaska vient d'un mot de la langue aléoute qui veut dire la grande terre ; pourtant, l'immense réseau fluvial et les 3 000 000 (?) de lacs en font plutôt un monde aquatique où l'hydravion est roi.

L'Alaska est une grande zone sismique. Deux des trois plus violents tremblements de terre jamais enregistrés ont touché l'État américain :

La péninsule de l'Alaska compte de nombreux volcans en activité. Sur la partie nord-est de la Ceinture de feu du Pacifique, les volcans Pavlov (2 518 mètres), Augustine (1 227 mètres), mont Redoubt (3 108 mètres), Spurr (3 374 mètres). Le chapelet des îles Aléoutiennes témoignent du choc tectonique : elles ont une forme pointue (exemple : le volcan Mont Shishaldin, 2 857 mètres) et prolonge la cordillère de la chaîne des Aléoutiennes. En 1912, une violente explosion a décoiffé le mont Katmai de ses 600 derniers mètres. Plusieurs tonnes d'oxyde de soufre ont été projetées dans l'atmosphère, à plus de 15 kilomètres du sol et ont perturbé la mousson en Asie. Haut-lieu mondial de la volcanologie, la vallée des Dix mille fumées a été recouverte par les cendres sur une surface de 100 km².

La fosse des Kouriles borde le plateau continental de l'Alaska au sud et atteint une profondeur maximale de 10 498 mètres

Principaux sommets

  • Mont McKinley, 6 194 mètres : le plus haut sommet des États-Unis et d'Amérique du Nord, dans la chaîne d'Alaska
  • North Peak, 5 904 mètres
  • St. Elie, 5 489 mètres
  • Foraker, 5 304 mètres
  • Bona, 5 044 mètres
  • Blackburn, 4 996 mètres
  • Kennedy, 4 964 mètres
  • Sanford, 4 949 mètres
  • South Buttress, 4 842 mètres
  • Vancouver, 4 785 mètres
  • Churchill, 4 766 mètres

Climat

D'une manière générale, le climat alaskien est marqué par un hiver glacial et long. L'écrivain Jack London a écrit que l'Alaska était « le pays où le whisky gèle et peut servir de presse-papiers durant une bonne partie de l'année ». Le sol est gelé en profondeur et empêche le développement de l'agriculture : c'est le pergélisol (ou permafrost) qui varie de quelques dizaines à quelques centaines de mètres en Alaska13. La couche superficielle, sur laquelle les Hommes marchent est le mollisol qui dégèle au printemps. En hiver, les chutes de neige et les avalanches peuvent isoler les villages. Au cours du printemps, le sol dégèle en surface et provoque la formation de marécages, souvent infestés de moustiques. L'Alaska se couvre de centaines de lacs. Les rivières gonflent et charrient des troncs d’arbres. L'été ne dure que peu de temps et autour du solstice, le soleil ne se couche pas au-delà du cercle polaire arctique. La saison est marquée par de grands incendies de forêt provoqués par la foudre.

Les climats sont divers en fonction de la latitude, de l'altitude, de l'éloignement par rapport à l'océan pacifique ou de la disposition des reliefs comme l'illustre ci-dessous les relevés respectifs des villes d'Anchorage, de Fairbanks et de Barrow.

Faune

La faune et la flore sont protégées dans des parcs et réserves naturels. Il existe sept grands parcs nationaux : Denali National Park, Gates of the Arctic National Park and Preserve, Katmai National Park, Kenai Fjords National Park, Kobuk Valley National Park, Lake Clark National Park et Wrangell-St. Elias National Park, inscrit également sur la liste du patrimoine mondial de l'Humanité depuis 1979.

Les spécialistes estiment à un millier le nombre d'espèces animales en Alaska dont 115 de mammifères et 400 d'oiseaux18. Les animaux emblématiques de l'État sont appelés les « Big Five »18 : cette catégorie comprend le grizzlyet aussi l'[ours kodiak] habité dans l'île Kodiak as côté de l'Alaska, le caribou, l'élan, le loup et le mouflon de Dall. De nombreux autres mammifères, adaptés aux conditions naturelles difficiles, vivent aussi en Alaska : renard roux, lemmings, castor, bœuf musqué, lièvre de l'Arctique, martre, loutre, morse. Une partie de ces mammifères hiberne ou migre pendant l'hiver. L'ours blanc chasse au nord de la région : un quart des 20 à 25 000 ours polaires du monde vivent en Alaska19. Il ne reste plus que 35 000 à 45 000 ours bruns, dont 3 000 se concentrent dans l'archipel Kodiak.

La baleine à bosse passe l'hiver dans les eaux tropicales d’Hawaii et du Mexique et remonte en Alaska l'été (650 individus

Flore

Malgré la rigueur du climat en hiver, la flore de l'Alaska est très variée. Le nord et le nord-ouest sont couverts par la toundra. La forêt tempérée très humide couvre les espaces naturels du littoral sud longé par le courant de l'Alaska21. L'intérieur des terres, marqué par la continentalité, est le domaine de la forêt boréale ou taïga21. Enfin, la végétation dépend de l'altitude.

Démographie

Généralités

En 2007, l'Alaska comptait 683 478 habitants22 et constituait alors le troisième État le moins peuplé des États-Unis, derrière le Vermont et le Dakota du Nord. La densité est la plus faible du pays (0,46 habitant par km²) et la population se concentre surtout sur le littoral. Près d'un habitant sur deux réside dans la région métropolitaine d'Anchorage (359 180 habitants en 2007).

La population se distingue par un déséquilibre des sexes : il y a plus d'hommes (50,8 %) que de femmes. Cette situation s'explique par les conditions de vie difficiles et l'économie basée sur le pétrole, les mines, la sylviculture et la pêche. La démographie est aussi marquée par une croissance relativement importante (environ + 6 % entre 2000 et 2005). La population est plutôt jeune avec un âge médian de 33,9 ans (36,4 ans pour l'ensemble des États-Unis23) ; les plus de 65 ans représentent 6,6 % de la population, ce qui est le record national)24. Le taux de chômage est beaucoup plus élevé que dans le reste du pays (8,6 % de la population active en 200525. Le revenu par habitant s'élève à 26 310 $, ce qui fait de l'Alaska l'un des États les plus riches (la moyenne américaine est de 25 035 $ / hab.). Enfin, l'Alaska est le premier État pour le nombre d'autochtones (Amérindiens, inuits, etc.) : ils représentent 14,2 % de la population totale contre 0,8 % pour les États-Unis.Le Parti républicain domine largement la vie politique locale.

Religion

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Populations autochtones

  • 85 % des communautés inuits se concentrent sur le littoral de l'Alaska17.

Politique et administration

Article détaillé : Subdivisions de l'État d'Alaska.

  • L'Alaska est le 49e État des États-Unis d'Amérique (1959). C'est un État dominé par le Parti républicain où les électeurs sont plus libertariens que conservateurs et ne s'identifient pas aux résidents des États du Midwest ou de la ceinture religieuse du Sud. Outre le Parti démocrate, un parti indépendantiste proche des idées libertariennes, l'Alaskan Independence Party, bien que très minoritaire, est assez actif depuis les années 1970 et est présent aux élections locales.
  • L'Alaska est un des deux seuls États de l'Union à ne pas être divisé en comtés mais en boroughs (l'autre est la Louisiane divisée en paroisses), et une grande partie de son territoire n'a pas d'organisation politique d'un niveau inférieur à l'État.
  • L'Alaska est représenté par 3 grands électeurs lors des élections présidentielles.

Depuis 1960, lors des élections présidentielles, les électeurs de l'Alaska ont toujours opté pour le candidat républicain à l'exception de l'année 1964 où ils ont préféré Lyndon Johnson à l'ultra-conservateur Barry Goldwater. En 2004, George W. Bush y a obtenu 61,07 % des suffrages contre 35,52 % à John Kerry.

Articles détaillés : Gouverneur de l'Alaska et Législature de l'Alaska.

  • L'Alaska est dirigé par un gouverneur, détenteur du pouvoir exécutif, et par une législature d'État bicamérale, détentrice du pouvoir législatif. Tant l'exécutif que le législatif sont dominés par les républicains.

Du 6 décembre 2006 au 26 juillet 2009, le gouverneur est Sarah Palin, une républicaine, première femme élue à ce poste et plus jeune gouverneur (42 ans) de l'histoire de l'Alaska. Elle a été choisie le 29 août 2008 par John McCain, candidat républicain à l'élection présidentielle américaine de 2008 pour être sa colistière et candidate à la Vice-présidence. C'est la première élue de l'Alaska à être présente sur un ticket d'un des grands partis américains pour l'élection présidentielle. Elle démissionne en juillet 2009 et est remplacée par le lieutenant-gouverneur Sean Parnell.

Lors de la législature locale 2007-2008, le Sénat de l'Alaska est composé de 11 sénateurs républicains et de 9 sénateurs démocrates alors que l'assemblée est composée de 23 représentants républicains et de 17 représentants démocrates.

Économie

En 2000, le PIB par habitant s'élevait à 30 064 dollars, plaçant l’Alaska au quinzième rang des 50 États américains. En 1976, un amendement à la Constitution de l'État met en place l'Alaska Permanent Fund, qui distribue une allocation universelle à tous les résidents de l'État, financée par les revenus du pétrole. Cela a fait de cet État le moins inégalitaire des États-Unis.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×