Histoire de la Dominique

wikipedia-1.jpgdaddy-002-1.jpg 

Communauté de la Dominique  

 

Commonwealth of Dominica

Robert ANDRIANTSOA

La Dominique, en forme longue le Commonwealth de la Dominique est un pays et une île de l'archipel des Caraïbes, située à mi-chemin des îles françaises de la Guadeloupe et de la Martinique (et d'ailleurs très souvent confondue avec la République Dominicaine). Son nom précolombien est Wai'tu kubuli, qui signifie « Son corps est grand ».

Le Commonwealth de la Dominique est membre du Caricom, de l'AEC, de l'OECO, du Commonwealth, de l'OEA, de l'ONU, et de la Francophonie. Avant son indépendance en 1978, la Dominique était un Etat associé de la couronne britannique (West Indies Associated States (en)), et avant 1967 une colonie britannique membre de l'éphémère Fédération des Indes occidentales (1958-1962). La France a renoncé à ce territoire par le traité de Paris (1763). L'île fut passagèrement réoccupée par la suite.

L'Ile de la Dominique est bordée par la mer des Caraïbes à l'ouest et l'océan atlantique à l'est. C'est une île volcanique de 750 km² qui a su préserver sa nature et ses ressources. Sa capitale est Roseau.

Devise nationale : After God is the earth ; Après le Bondie, c'est la Ter (Après Dieu est la terre) - Langues officielles : Anglais¹, Français de facto - Capitale : Roseau

- Forme de l’État république  :

 

- 6e Président de la Dominique : Nicholas Liverpool, Actuellement en fonction Depuis le 2 octobre 2003 - 7e Premier ministre de la Dominique : Roosevelt Skerrit, Actuellement en fonction Depuis le 8 janvier 2004

- Superficie : 754 km2 - Population : 72 514 hab. (2008) - Densité : 96 hab./km2 - Indépendance : de Royaume-Uni : Date : 3 novembre 1978 - Monnaie : Dollar de la Caraïbe orientale (XCD) - Fuseau horaire UTC -5 heures en hiver et -6 heure en été - Hymne national : Isle of Beauty, Isle of Splendour.

 

Histoire

L’île avait été initialement peuplée par des Indiens arawaks, puis par des Caraïbes.

Le dimanche 3 novembre 1493, lors de son deuxième voyage aux Amériques, Christophe Colomb longe les rivages de l’île qu'il appelle ainsi Domingo - dimanche en espagnol -, d’où proviennent ses noms actuels : Dominique, en français, et Dominica, en anglais.

Les Indiens caraïbes doivent leur vie aux reliefs escarpés de la Dominique, ses forêts denses et sauvages. Venus du nord du Venezuela, ils s'étaient installés sur l'île bien avant que Christophe Colomb ne la découvre. Mais c'est ici seulement, cachés dans la nature, qu'ils ont échappé à l'extermination. En 1903, la Couronne britannique leur concéda quelques terres en propriété. Aujourd'hui, leurs 3 000 descendants, derniers héritiers de ces peuples précolombiens, vivent pour la plupart dans l'Indian Carib Reserve (1 480 hectares), autour de la petite ville de Salybia, au nord-est de l'île. Malgré les métissages, ils revendiquent leur identité.

En 1625, lors de la guerre de Trente Ans, les Espagnols laissent la place aux Français puis au cours du XVIIe siècle, Français et Anglais s’affrontent pour gouverner l'île. Deux fois leurs canonnades détruiront totalement Roseau. En 1660, Français et Anglais abandonnent l’île aux Caraïbes et la déclarent zone neutre pour mettre fin aux conflits, par la signature d'un traité de paix entre les Français, les Anglais et les Caraïbes.

Déjà installés à la Martinique et à la Guadeloupe, les Français s'implantent petit à petit à la Dominique en y introduisant la culture du café. Ils importent des esclaves africains pour combler la main-d’œuvre dont ils ont besoin. Mais les Britanniques s'approprient de nouveau l'île en 1759. À l'issue de la guerre de Sept Ans, par le traité de Paris (1763), la France cède la Dominique à l’Angleterre ; mais entre 1772 et 1814, les Français rompent le traité et s’emparent par deux fois de la Dominique. En 1814, après une dernière tentative de reconquête en incendiant de nouveau Roseau, les Français abandonnent définitivement l’île en échange d’une indemnité et cette dernière redevient britannique.

L'esclavage est aboli à la Dominique en 1833. Comme il ne le fut qu'en 1848 dans les îles voisines de la Martinique et de la Guadeloupe, de nombreux esclaves s'enfuirent de ces îles pendant cette période, à l'aide de moyens de fortune, pour essayer de trouver refuge à la Dominique.

En 1898, l'île reçoit le statut de Colonie de la Couronne britannique. En 1956, elle acquiert son indépendance au sein de l'éphémère Fédération des Antilles britanniques et, en 1967, elle devient État associé au Commonwealth et entame l’installation d’un régime démocratique. L’indépendance de la Dominique est déclarée le 3 novembre 1978, lors du 485e anniversaire de sa découverte par Christophe Colomb.

La Population

En Dominique, on retrouve une grande majorité de personnes d'origine africaine et environ 3000 Amérindiens Caraïbes. Avec 10% de la population, la culture Rasta est elle aussi très présente et forme la troisième communauté de la Caraïbe. La population est à 80% catholique. Les habitants de l'île sont réputés pour leur accueil et leur générosité, c'est également en Dominique que l'on recense le plus bas taux de criminalité des îles de la Caraïbe. Suite à son histoire, on retrouve sur l'île et chez les habitants beaucoup de traditions anglaises, amérindienne, française et africaine.

En ce qui concerne la culture, la Dominique compte de nombreux artistes :

Fichier:Carib girl portrait.jpg

Indienne Caraïbe

  • des chanteurs et musiciens : Nasio Fontaine, Ophelia, Jeff Joseph, WCK (calypso, zouk, reggae...)
  • des écrivains et poètes : Polly Pattullo qui est la fondatrice de la maison d'édition Papillote Press
  • des sculpteurs sur bois, des peintres

Les indiens Caraïbe

Les Indiens Caraïbes sont les descendants directs des premiers habitants de l'île. Ils sont aujourd'hui au nombre de 3000, sur leur territoire situé au Nord-Est de la Dominique appelé "Carib Reserve". Les Caraïbes ont gardé toutes leurs traditions artisanales : vannerie, gravure sur bois, construction de canoë, instruments de musique folklorique etc...

Politique

La Dominique est une république démocratique qui combine des aspects du modèle républicain et du « système de Westminster ». Le Président est élu par le parlement, et a un mandat de cinq ans (art.18 de la Constitution). En accord avec l'article 59 de la Constitution, il choisit comme premier ministre un député qui a l'appui d'une majorité au sein du Parlement

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×