Histoire du Costa Rica

wikipedia-1.jpgdaddy-002-1.jpg       

République du Costa Rica  

 

República de Costa Rica

Robert ANDRIANTSOA                                                                                                 costa-rica.jpg

Le Costa Rica, en forme longue la République du Costa Rica, en espagnol República de Costa Rica , est un pays d'Amérique centrale, bordé par le Nicaragua au nord, le Panama au sud-est, l'océan Pacifique à l'ouest et au sud et la mer des Caraïbes à l'est. Le Costa Rica est un pays neutre, le premier pays à avoir constitutionnellement supprimé son armée. Les habitants sont les Costariciens. Ils se surnomment les Ticos. La capitale est San José. La langue officielle est l'espagnol et la deuxième langue la plus parlée est l'anglais. La monnaie est le colon.

Devise nationale : ¡Vivan siempre el trabajo y la paz! (Que vivent à jamais le travail et la paix !) - Langue officielle : Espagnol - Capitale : San José

- Forme de l’État République  

pdt-costa-rica-laura-chinchilla.jpg

- 49e présidente de la République du Costa Rica : Laura Chinchilla, Actuellement en fonction Depuis le 8 mai 2010 - Superficie : 51 100 km2

- Population : 4 563 538 hab. (2010) - Densité : 89 hab./km2 - Indépendance : de l’Espagne - Date : 15 septembre 1821 - Monnaie : Colon (CRC) - Fuseau horaire : UTC -6 - Hymne national : Noble patria, tu hermosa bandera.

Histoire

Période précolombienne

Avant l'arrivée de Christophe Colomb, la région qui forme l'actuel Costa Rica constituait une zone intermédiaire, entre les civilisations méso-américaines et andines. Dans la région du Turrialba une cité (nommée Guayabo) fut construite par l'union de ces deux civilisations méso-américaines et andines. Les sociétés précolombiennes de l'actuel Costa Rica n'ont laissé que peu de traces physiques dans le pays (le monument national Guayabo étant le plus important). Il subsiste cependant plusieurs poteries, sculptures, bijoux en or et en jade, notamment visibles au Musée de l'Or et au Musée du Jade de San José, la capitale. Au Costa Rica, les tribus étaient petites, organisées féodalement. Elles avaient recours à l'esclavage, aux sacrifices humains, notamment dans le volcan Poas, où de jeunes vierges étaient jetées. La caste des chamans était puissante, connaissant le secret des plantes dans ses plus divers usages (médicaux, hallucinogènes...)

La domination hispanique

La relative pauvreté des propriétaires terriens, l'absence de main-d'œuvre indigène abondante, l'homogénéité ethnique et culturelle, et l'isolement du Costa Rica des centres de pouvoir situés au Mexique et dans les Andes sont les principaux facteurs qui ont contribué au développement d'une société agraire autonome et individualiste. Une tradition d'égalitarisme apparaît en parallèle. Cette tradition survécut à l'accentuation des différences entre classes qui apparut vers le XIXe siècle avec l'introduction de la culture du café puis de la banane et qui permirent une accumulation de richesses.

Acquisition de l'indépendance

En 1821, le Costa Rica proclame une déclaration d'indépendance commune avec quatre autres provinces d'Amérique centrale, le Guatemala, le Honduras, le Salvador et le Nicaragua, le Belize étant britannique et le Panama appartenant encore à l'actuelle Colombie. Le Costa Rica fait partie un temps de l'empire mexicain d'Augustín Iturbide, puis des Provinces unies d'Amérique centrale (entre 1823 et 1839). La capitale est transférée de Cartago à San José en 1824, après une courte guerre civile opposant les partisans de l'Empire mexicain, basé dans l'ancienne capitale, et la bourgeoisie naissante en faveur des Provinces Unies, basés à San José.

Même si les États, récemment devenus indépendants, forment une Fédération, les disputes sur la délimitation des frontières vont s'ajouter aux conflits antérieurs. Ainsi, la région deGuanacaste, située au nord du pays, fut annexée par le Costa Rica. En 1838, alors que la Fédération a de facto cessé depuis longtemps de fonctionner, le Costa Rica s'en retire officiellement en affirmant sa souveraineté.

Période contemporaine

Une période de démocratie paisible commence en 1899 avec des élections considérées comme les premières vraiment libres et honnêtes dans l'histoire du pays.

Le Costa Rica évite dans une grande mesure la violence qui sévit à l'époque en Amérique centrale. En effet, depuis la fin du XIXe siècle, seules deux brèves périodes de violence jalonnent le développement démocratique du Costa Rica.

De 1917 à 1919, Federico Tinoco Granados dirige le pays en dictateur.

En 1948, José Figueres Ferrer mène un soulèvement militaire sur fond d'élection présidentielle contestée. Une période de guerre civile s'ouvre alors, d'une durée de 44 jours, faisant plus de 2 000 morts. C'est l'un des soulèvements les plus meurtriers du XXe siècle au Costa Rica. Cependant, la junte victorieuse que dirige Figueres rédige une constitution garantissant des élections libres avec suffrage universel et abolissant l'armée. Depuis lors, le Costa Rica est l'un des rares pays démocratiques au monde à fonctionner sans armée. Figueres devient de ce fait un héros national et, en 1953, il remporte les premières élections sous la nouvelle constitution. Depuis lors, le Costa Rica a organisé quatorze élections présidentielles. Le 7 février 2010, Laura Chinchilla remporte les élections présidentielles au premier tour.

Même si l'agriculture constitue encore une grande partie de l'économie, les Costaricains ont atteint un niveau de vie relativement élevé. De nombreux habitants sont propriétaires d'un terrain et l'industrie du tourisme est en plein essor.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×