Histoire du Brunei

wikipedia-1.jpgdada-cam2.jpg  

État de Brunéi Darussalam

Negara Brunei Darussalam

State of Brunei Darussalam

Robert ANDRIANTSOA

robandriantsoa@yahoo.fr

Le Brunei, en forme longue le Brunei Darussalam ou Negara Brunéi Darussalam, en malais Negara Brunei Darussalam / بروني دارالسلام, est un petit État, membre du Commonwealth, enclavé dans l’État malais de Sarawak, situé dans le nord de l’île de Bornéo, en Asie du Sud-Est, et dirigé depuis 1968 par le sultan Hassanal Bolkiah.

Devise nationale : Brunei Darussalam (en malais : Brunei, asile de paix) - Langue officielle : Melayu Brunei - Capitale : Bandar Seri Begawan 

- Forme de l’État :

pdt-brunei-sultan-hassanal-bolkiah.jpg

Sultanat  - 29e sultan de Brunei : Sultan Hassanal Bolkiah, Actuellement en fonction Depuis le 4 octobre 1967 (44 ans, 2 mois et 12 jours)

- Superficie : 5 765 km2 - Population : 381 371 hab. (2008) - Densité : 61 hab./km2 - Indépendance du Royaume-Uni - date 1er janvier 1984 - Monnaie : Dollar de Brunei (BND) - Fuseau horaire : UTC +8 - Hymne national : Ya Allah lanjutkan la usia Duli tuanku.

Histoire

Le Brunei est un royaume vieux de plus d'un millénaire. Il était alors un grand port de commerce, ayant des relations commerciales tant avec l'Inde qu'avec la Chine, et cela dès 977, puisque l’on sait que cette année-là, Brunei envoya une ambassade dans ce dernier pays.

On a trouvé à Brunei une tombe chinoise musulmane. Datée de 1264, elle est celle d'un "Maître Pu" et porte la plus ancienne inscription chinoise connue d'Asie du Sud-Est.

Le nom de Brunei est attesté dès le XIVe siècle. Le Nagarakertagama, un poème épique écrit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, mentionne en effet « Buruneng » parmi les quelque cent « contrées tributaires » du royaume. En réalité, le territoire contrôlé par Majapahit ne s'étendait que sur une partie de l'est et du centre de Java. Les contrées tributaires étaient en fait des comptoirs formant un réseau commercial dont Majapahit était le centre. Majapahit y envoyait des dignitaires dont le rôle était de s'assurer que ces comptoirs ne s'adonnaient pas à un commerce privé qui échapperait au royaume.

Le Brunei se développe rapidement après la chute de Majapahit, s'étendant jusqu'à Bornéo et dans l'archipel philippin.

C'est à cette période de son apogée historique, dans les années 1520, que le royaume de Brunei, islamisé, devient un sultanat. Il s'affaiblit ensuite peu à peu alors que les régions voisines sont colonisées par les grandes puissances occidentales (Portugal, Grande-Bretagne et Espagne) qui y établissent également des comptoirs commerciaux. Le pays perd peu à peu ses possessions, puis devient en 1906 un protectorat britannique.

Du pétrole y est découvert en 1903 et commence à être exploité en 1929. À l'époque de la décolonisation (deuxième moitié du XXe siècle), le pays change de nombreuses fois de statut. En 1959, toujours sous protectorat britannique, il accède à l'autonomie interne. Un mouvement nationaliste et démocratique se développe à cette période : il aboutit en 1962 à une violente rébellion, rapidement écrasée par les Britanniques. C'est alors que l'état d'urgence est décrété, et la Constitution abolie : depuis, le sultan gouverne seul et par décret.

Le sultanat accède à l'indépendance, selon les règles d'un accord avec Londres, le 1er janvier 1984. Le sultan actuel est Hassanal Bolkiah.

Politique

Le Brunei est un sultanat. Le pays est une monarchie islamique, le sultan est le chef religieux et joue par sa fonction monarchique le rôle de chef d’État et de chef du gouvernement, cumulant les statuts de Premier ministre, ministre de la Défense, ministre des Finances, recteur de l'Université, chef de la police et Commandeur des croyants, depuis l'abolition de la Constitution en 1962.

Il reçoit des conseils en matière législative d'un corps de 21 membres non élus. Le seul parti autorisé, le Parti national solidarité, est sous les ordres du sultan et n'a aucune existence réelle.[réf. nécessaire]

Le pays est membre de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), du Commonwealth depuis son indépendance, après avoir été longtemps sous protectorat britannique.

Subdivisions

Actuellement, le sultanat de Brunei est séparé en quatre districts, ayant chacun un chef-lieu :

Économie

L'économie du Brunei est fondée essentiellement sur une seule ressource : les hydrocarbures, et principalement le pétrole, exploité dans ce pays à partir de 1929. La commercialisation de cette ressource rare permet au pays d'atteindre une croissance annuelle importante (4,1 % en 2001), ce qui se répercute sur le développement humain du pays : le Brunei, qui a un IDH de 0,865, est au 26e rang mondial (sur 135 pays) en 2010.

Bien que les frais hospitaliers et la scolarité soient gratuits, et les impôts inexistants, la société brunéienne est plus disparate qu'il n'y paraît. En effet, près de 20 % des Brunéiens vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Le Brunei fait partie de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique (APEC) depuis 1989. Brunei est signataire de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) en 1992 et fait donc partie de l'OMC depuis 1995.

Religions

La population de Brunei est entre 67 % et 74 % musulmane2,3. Si 67 % de la population est musulmane alors 13 % est bouddhiste, 10 % chrétienne et 10 % autre, dont animiste.

L'islam, et plus précisément sa branche chaféiste, est au Brunei la religion d'État, à laquelle adhèrent 171 892 des 380 000 habitants du sultanat.

Liberté religieuse très restrictive

Brunei fait partie de la liste de pays à très forte restrictions gouvernementales de la liberté religieuse établie par Pew Forum on Religion & Public Life1.

Le Constitution garantit la liberté de religion mais les lois et règlements limitent beaucoup son expression en restreignant généralement la possibilité pour les non-musulmans d'obtenir des textes religieux, des lieux de culte et des rassemblement religieux publics2,3.

En ce qui concerne les chrétiens, le gouvernement interdit l'importation de bibles ainsi que la construction de nouvelles églises2.

Par ailleurs, il censure systématiquement les articles parlant d'autres religions que l'islam et interdit la diffusion ou retire les photos de crucifix ou autres symboles chrétiens2.

Le curriculum officiel exige des cours sur l'islam mais les manuels scolaires n'abordent par contre pas les pratiques d'autres religions2. Il est interdit pour des non-musulmans de parler de leur religion en public3

Depuis 2005, la loi oblige l'enregistrement de tout autre groupe religieux, qui doit même communiquer au gouvernement la liste nominale de tous ses membres. Cette obligation est valable pour toute religion : chrétienne, juive, musulmane non-chaféiste, bouddhiste ou autre4.

Église catholique romaine

Le christianisme à Brunei est la religion d'entre 7556 personnes2 et 38 0005 habitants du sultanat.

Le sultanat compte trois paroisses catholiques romaines qui appartiennent au vicariat apostolique de Brunei. Le premier vicaire apostolique du diocèse de Miri-Brunei est Cornelius Sim, ordonné comme évêque en 2005.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site