Histoire de France

                Histoire de France                                            

   La France actuelle occupe la plus grande partie des anciennes Gaules celtiques, conquises par Jules César au Ier siècle av. J. C., mais elle tire son nom des Francs, un peuple germanique qui s’y installa à partir du Ve siècle. La France est un État à l’unification ancienne, et fut l’un des premiers pays de l’époque moderne à tenter une expérience démocratique.

   La présence humaine sur le territoire de la France actuelle remonte au Paléolithique inférieur ; les traces les plus anciennes de vie humaine datent d’il y a environ 1 800 000 anse 1. L’homme est alors confronté à un climat rude et variable, marqué par plusieurs ères glaciaires qui modifient son cadre de vie. La France compte un nombre important de grottes ornées du Paléolithique supérieur, dont l’une des plus célèbres est celle de Lascaux (Dordogne, -18 000 environ).

   Vers -10 000, à la fin de la dernière ère glaciaire, le climat s’adoucit. À partir de -7 000 environ, cette partie de l’Europe occidentale entre dans le Néolithique et ses habitants se sédentarisent, même si l’évolution est différente selon les régions. Après un fort développement démographique et agricole aux IVe et IIIe millénaires, la métallurgie fait son apparition à la fin du IIIe millénaire, d’abord avec le travail de l’or, du cuivre et du bronze, puis avec celui du fer au VIIIe siècle.

   En -600, des Grecs originaires de la ville de Phocée fondent la ville de Marseille, au bord de la Méditerranée ; à la même époque, quelques peuples celtes pénètrent dans le territoire de la France actuelle, mais cette occupation ne se généralise à la France entière qu’entre les Ve et IIIe siècles av. J. C. La notion de Gaule apparaît alors ; elle correspond aux territoires de peuplement celte compris entre le Rhin, l’Atlantique et la Méditerranée. La Gaule est alors un pays prospère, dont la partie méridionale est de plus en plus soumise aux influences grecques et romaines.

   À partir de -125, le sud de la Gaule est peu à peu conquis par la République romaine, qui y fonde les villes d’Aix-en-Provence, Toulouse et Narbonne. En -58, Jules César se lance à la conquête du reste de la Gaule, et vainc en -52 une révolte menée par le chef gaulois Vercingétorix. Les territoires nouvellement conquis sont répartis par Auguste en neuf provinces romaines, dont les principales sont la Narbonnaise au sud, l’Aquitaine au sud-ouest, la Lyonnaise au centre et la Belgique au nord. De nombreuses villes sont fondées durant la période gallo-romaine, dont Lyon, appelée à être une capitale des Gaules ; celles-ci sont conçues à l’image des villes romaines, avec un forum, un théâtre, un cirque, un amphithéâtre et des thermes. La religion romaine se superpose aux cultes gaulois sans les faire disparaître, les divinités se confondant peu à peu dans un même syncrétisme.

   Au IIIe siècle, la Gaule romaine connaît une crise grave, le limes, frontière fortifiée protégeant l’Empire des incursions germaniques, étant franchi à plusieurs reprises par les Barbares. Le pouvoir romain, pendant ce temps, semble chancelant : un Empire des Gaules est proclamé en 260 et échappe à la tutelle romaine jusqu’en 274. Néanmoins, la situation s’améliore dans la première moitié du IVe siècle, qui est une période de renouveau et de prospérité pour la Gaule. En 312, l’empereur Constantin Ier se convertit au christianisme ; les chrétiens, persécutés jusque là, se multiplient. Mais les invasions barbares reprennent à partir de la seconde moitié du IVe siècle; le 31 décembre 406, les Vandales, Suèves et Alains franchissent le Rhin et traversent la Gaule jusqu’en Espagne. Au milieu du Ve siècle, les Alamans et les Francs, deux peuples païens, s’installent au nord-est de la France actuelle et exercent une forte pression sur les généraux romains qui subsistent dans le nord-est de la Gaule.

LA MONARCHIE

- La dynastie des Mérovingiens

 Première dynastie régnant sur la France, les Mérovingiens tirent leur nom d'un ancêtre à moitié légendaire, Mérovée, qui aurait régné au milieu du Ve siècle sur les Francs saliens. Ceux-ci, installés dans le nord de la Gaule forment le groupe le plus important parmi les Francs, peuple germanique à la langue proche de l'actuel néerlandais.

Ils ont été engagés par les romains pour garder la frontière, de sorte que le titre de roi est au départ un titre accordé par Rome au général de cette armée barbare. C'est seulement avec Clovis que cette dynastie règne réellement sur l'ensemble de la France actuelle.

 Mais la coutume franque exige un partage équitable entre les héritiers. Le royaume se trouve donc fréquemment morcelé. Progressivement, trois royaumes principaux apparaissent : la Neustrie au nord-ouest, l'Austrasie au nord-est, et la Bourgogne au sud-est. Chacun des rois ne rêvant que de réunifier l'ensemble de la Gaule, les guerres et complots déchirent les Mérovingiens.

1°- Pharamond (?-428) 2°- Clodion dit le chevelu (400-448) 3°- Mérovée (? - 458) 4°- Childéric I (436-481) 5°- Clovis dit le Grand (466-511) 6°- Childebert I (495-558) 7°- Clotaire I le Vieux (497-561) 8°- Caribert I (520-567) 9°- Chilpéric I (539-584) 10°- Clotaire II le Jeune (584-629) 11°- Dagobert I (604-639) 12°- Clovis II (635-657) 13°- Clotaire III (654-673) 14°- Childéric II (650-675) 15°- Thierry III (654-691) 16°- Clovis III (682-695) 17°- Childebert III (683-711) 18°- Dagobert II (652-679) 19- Chilpéric II (670-721) 20°- Clotaire IV (682-719) 21°- Thierry IV dit de Chelles (713-737) 22°- Childéric III (714-755).

   

 

- La dynastie des Carolingiens et Robertiens

 Avec Pépin le Bref, en 751, une nouvelle dynastie arrive au pouvoir : les Carolingiens. Ils tirent leur nom de l'empereur Charlemagne, membre le plus illustre de la lignée.

 Tout d'abord appelés Pippinides, car ils descendent de Pépin de Landen (580-640), ils sont une des familles franques les plus riches et accaparent sous les Mérovingiens le poste de maire du palais, grâce auquel ils contrôlent la politique des derniers mérovingiens.

 Pépin de Herstal, dit le jeune, petit-fils de Pépin de Landen, dit l'ancien, gouverne sous quatre rois successifs. Lui succède son fils Charles Martel, sous thierry IV, qui accroît encore le prestige de la famille.

 A partir de Pépin le Bref, fils de Charles Martel, les Pippinides se font reconnaître rois des Francs. Grâce au soutien du pape et à leur prestige, ils donnent à la monarchie un nouveau souffle, qui se traduit par une politique de conquêtes, vers l'Allemagne, l'Italie et la Catalogne. C'est sous Charlemagne que cette expansion est la plus forte : Elle lui permet de se faire reconnaître et sacrer empereur en l'an 800.

 L'Occident redécouvre alors, après plus de trois siècles d'absence, le régime impérial. Cette puissance permet également aux Carolingiens d'encourager la création artistique, au point qu'on parle de "Renaissance carolingienne". L'état connaît également un certain nombre de réformes afin de contrôler ce vaste empire.

1°- Pépin le Bref (714-768) 2°- Charlemagne (742-814) 3°- Louis le Pieux (778-840) 4°- Charles le Chauve (823-877) 5°- Louis II le Bègue (846-879) 6°- Louis III (863-882) et Carloman (866-884) 7°- Charles le Gros (839-888) 8°- Eudes (860-898) 9°- Charles III le Simple (879-929) 10°- Raoul (923-936) 11°- Louis IV d'Outremer (918-954) 12°- Lothaire (941-986) 13°- Louis V le Fainéant (967-987).

- La dynastie des Capétiens

 Les Capétiens sont la troisième dynastie de rois de France. Ils sont les descendants des Robertiens, dont deux représentants, Eudes et Robert, avaient déjà été rois en alternance avec des Carolingiens.

 A partir d'Hugues Capet, en 987, ils règnent continuellement et directement jusqu'en 1328, puis par des branches indirectes qui descendent toutes des Capétiens : Valois, Bourbons, Orléans.

 En 987, cette famille, quoique prestigieuse, ne dispose que de peu de terres : son domaine est concentré essentiellement sur Senlis, Paris et Orléans. Le premier effort de la dynastie consiste à agrandir ce domaine par des achats, des mariages, des héritages, plus rarement par la guerre.

1°- Hugues Capet (941-996) 2°- Robert II le Pieux (970-1031) 3°- Henri I (1008-1060) 4°- Philippe I (1052-1108) 5°- Louis VI le Gros (1081-1137) 6°- Louis VII le Jeune (1120-1180) 7°- Philippe II Auguste (né en 1165 à Gonesse-mort en 1223 à Mantes 8°- Louis VIII le Lion (né en 1187 à Paris-mort en 1226 à Montpensier en Auvergne) 9°- Louis IX Saint-Louis (1214-1270) 10°- Philippe III le Hardi (1245-1285).

- La dynastie des Valois

 La nouvelle dynastie est issue de Charles de Valois, fils de Philippe III le Hardi et père de Philippe VI de Valois. Il s'agit donc d'une branche cadette des Capétiens.

 Les Valois sont les héritiers les plus directs de la couronne si l'on passe par les hommes, mais Edouard III d'Angleterre est plus proche par les femmes. La nouvelle dynastie va donc justifier son pouvoir en se référant à la loi salique, censée interdire aux femmes de succéder. Les Valois, quoique contestés, vont en fait régner jusqu'en 1589.

- les Valois directs, donnant sept rois à la France, de 1328 à 1498, de Philippe VI à Charles VIII. La succession se fait de père en fils. Mais en 1498, Charles VIII meurt accidentellement au château d'Amboise en se heurtant violemment la tête contre une porte basse. Les trois fils qu'il avait eu d'Anne de Bretagne étant morts jeunes, la couronne revient à son cousin Louis d'Orléans, qui devient roi sous le nom de Louis XII.

- les Valois-Orléans, ayant un seul roi, Louis XII (1498-1515), qui meurt sans héritier direct. La couronne passe à son cousin et gendre, François d'Angoulême, sous le nom de François Ier.

- les Valois-Angoulême, enfin, qui règnent sur la France de 1515 à 1589, et donne 5 rois, de François Ier à Henri III. En 1589, Henri III est assassiné par un jeune moine fanatique, Jacques Clément. Le roi, mort sans descendance, c'est la fin de la dynastie des Valois. La couronne revient à son plus proche héritier, Henri de Bourbon, roi de Navarre, sous le nom d'Henri IV, qui fonde la dynastie des Bourbons.

1°- Philippe VI de Valois (1293-1350) 2°- Jean II le Bon (1319-1364) 3°- Charles V le Sage (1338-1380) 4°- Charles VI le Fou (1368-1422) 5°- Charles VII le Victorieux (1403-1461) 6°- Louis XI (1423-1483) 7°- Charles VIII (1470-1498) 8°- Louis XII (1462-1515) 9°- François Ier (1494-1547) 10°- Henri II (1519-1559) 11°- François II (1544-1560) 12°- Charles IX (1550-1574) 13°- Henri III (1551-1589).

- La dynastie des Bourbons

 L'arrivée d'Henri IV sur le trône marque l'avènement d'une nouvelle dynastie, issue de Robert de Clermont, sixième fils de Saint Louis, qui épousa Béatrice de Bourgogne-Bourbon. Il faut donc remonter trois siècles et neuf générations pour trouver un ancêtre royal dans cette dynastie, désormais implantée dans le Bourbonnais.  Mais Henri IV est bien l'héritier le plus direct en lignée masculine : sa désignation est la conséquence logique de l'application de la loi salique.

1°- Henri IV (1553-1610) 2°- Louis XIII (1601-1643) 3°- Louis XIV (1738-1715) 4°- Louis XV (1710-1774) 5°- Louis XIV (1654-1793).

- La dynastie des Orléans

Louis-Philippe, qui accède au trône en 1830, est l'unique roi de la dynastie des Orléans.

Louis-Philippe (1830- ?)

Louis-Philippe est le dernier roi de France.

LA RÉPUBLIQUE

- Première république . 1793 à 1802:

La première république commença avec la déchéance de Louis XVI le 22 septembre 1792 et le gouvernement de la convention. En 1793 est créé sous l'impulsion de Robespierre et de Saint-Just, "le comité de salut public". Commence alors en France la terreur, puis en juin 1794 la grande terreur. Entre 1793 et 1794, 40.000 personnes seront guillotinées, fusillées ou noyées, Robespierre sera arrêté et guillotiné le 27 juillet 1794. Le "Directoire" est chargé de gouverner la France. il sera renversé par le général Bonaparte qui organise un coup d'état et créé le "Consulat". Celui-ci prendra fin avec l'avènement du Ier Empire.

- Comité de Salut public 1793-1794

 1°- Bertrand Barere (1755-1841) 2°- -Billaud-Varenne (1756-1819) 3°- Pierre Joseph Cambon (1756-1820) 4°- -Lazare Carnot (1753-1823) 5°- Collot D'Herbois (1750-1796) 6°- Georges Couthon (1755-1794) 7°- Danton (1759-1794) 8°- JeanBon Saint-André ou andré jeanbon (1749-1813) 9°- Jean-Baptiste Robert Lindet (1746-1825) 10°- Prieur Duvernois ou Prieur de la Cote-D'or (1763-1832) 11°- Robespierre (1758-1794) 12°- Saint-Just (1767-1794) 13°- Pierre-Louis Prieur dit Prieur de la Marne (1756-1827) 14°- Hérault de Seychelles (1759-1794).

- Le Directoire 1795-1799

Exercice collectif par 5 directeurs qui occupent la fonction de chef de l'Etat :

1°- Jean François Reubell (1795-1799), remplacé par Joseph Sieyès 1799 - Paul de Barras1795-1799 - Louis Marie La Revellière-Lépaux 1795-1799 remplacé par Roger Ducos 1799 - Louis François Letourneur 1795-1796 remplacé par François de Barthélemy 1796- 1797 remplacé par Philippe Merlin de Douai 1797-1799 remplacé par - Jean François Moulin 1799 - Lazare Carnot 1795-1797 remplacé par Nicolas François de Neufchâteau 1797- 1798 remplacé par Jean Baptiste Treilhard 1798-1799 remplacé par Louis Jérôme Gohier1799.

- LE CONSULAT 1799-1804

1799 : Consuls provisoires Napoléon Bonaparte, Joseph Sieyès et Roger Ducos

1799-1802 : Consulat décennal puis bidécennal Napoléon Bonaparte

1er consul : Jean Jacques Régis de Cambacérès et Charles François Lebrun

1802 : Napoléon Bonaparte consul à vie

- Deuxième République :

Charles-Louis-Napoléon Bonaparte est le second Fils de Louis Bonaparte, frère de Napoléon Ier et roi de Hollande, et d'Hortense de Beauharnais, fille de Joséphine, il naît le 20 avril 1808 à Paris, Napoléon Ier est son parrain.

Louis-Napoléon Bonaparte (1808–1852)

 


Charles-Louis-Napoléon Bonaparte est le second Fils de Louis Bonaparte, frère de Napoléon Ier et roi de Hollande, et d'Hortense de Beauharnais,

fille de Joséphine, il naît le 20 avril 1808 à Paris, Napoléon Ier est son parrain.

Premier président de la République française, élu avec 74% des voix au suffrage universel masculin, il portera ce titre avant de devenir empereur.

Le neveu de Napoléon Ier est élu premier président de la République en France, lors de l'élection présidentielle de 1848 qui l'oppose à Louis Eugène Cavaignac.

Il provoque un coup d'État le 2 décembre 1851 et se fait proclamer empereur sous le nom de Napoléon III l'année suivante.

- Troisième République (1870 - 1940) :

La IIIème République verra le jour suite a la défaite lors du conflit Franco-Prussien de 1870, elle chutera à cause de la défaite de 1940. Le 4 septembre 1870, la troisième république est proclamée, elle est censée être une solution provisoire en attendant le rétablissement de la monarchie, mais l'intransigeance du Comte de Chambord, petit-fils de Charles X, fera échouer la tentative et le 30 janvier 1875, sur une voix de majorité la république est confirmée, elle va apporter des progrès sociaux incontestables, comme la gratuité de l'enseignement, les 40 heures, les congés payés... Mais elle connaîtra aussi des heures sombres comme, bien que la république soit victorieuse, la Première Guerre mondiale avec Verdun et ses tranchées et la débandade de 1940, elle disparaîtra avec Pétain et l'État français.

1°- Adolphe Thiers (1871-1873) 2°- Patrice de Mac-Mahon (1873-1879) 3°- Jules Grévy (1879-1887) 4°- Sadi Carnot (1887-1894) 5°- Jean Casimir-Perier (1894-1895) 6°- Félix Faure (1895-1899) 7°- Emile Loubet (1899-1906) 8°- Armand Fallières (1906-1913) 9°- Raymond Poincaré (1913-1920) 10°- Paul Deschanel (1920- ?) 11°- Alexandre Millerand (1920-1924) 12°- Gaston Doumergue (1924-1931) 13°- Paul Doumer (1931-1932) 14°- Albert Lebrun (1932-1939 et 1939-1940)

  

- REGIME DE VICHY :

- Philippe Pétain, Chef de l'Etat français de 1940 à 1944.

Le Régime de Vichy est le régime politique de Philippe Pétain qui assura le gouvernement de la France du 10 juillet 1940 au 20 août 1944 durant l'occupation allemande3, et dont le siège se situait à Vichy, alors en zone libre.

Après le vote des pleins pouvoirs constituants le 10 juillet 1940 par l'Assemblée nationale, la mention République française disparaît des actes officiels : le régime est dès lors désigné sous le nom d'État français. Du fait de son aspect particulier dans l'histoire de France, de sa légitimité contestée5 et du caractère générique de son nom officiel, le régime est le plus souvent désigné sous les appellations Régime de Vichy, Gouvernement de Vichy, voire simplement Vichy.

Le président Albert Lebrun nomme Philippe Pétain, président du Conseil, avant de se retirer chez son gendre à Vizille (Isère). Dès juillet 1940, il n'exerce plus aucun pouvoir, bien que n'ayant jamais démissionné de son mandat de président de la République.

L'armistice du 22 juin 1940, demandé par le gouvernement Pétain, établit la division du territoire français en zone libre et zone occupée. L'ensemble du territoire et l'Empire français reste sous l'autorité du régime de Vichy présidé par le maréchal Pétain (sauf les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais qui sont sous administration militaire allemande directe et l'Alsace-Moselle qui sont intégrées de facto au Reich)

L'Assemblée nationale se réunit à Vichy et vote le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain. Le lendemain, par deux actes constitutionnels, Pétain abroge l'article 2 de la loi constitutionnelle du 25 février 1875 concernant l'élection du président de la République, et se décerne à lui-même le nouveau titre de « chef de l'État français », dont il définit les pouvoirs afférents. Le projet constitutionnel de Vichy (du 30 janvier 1944), qui, entre autres, prévoyait de conserver le titre de « président de la République » pour le chef de l'État, ne sera jamais promulgué. Le 20 août 1944, le maréchal Pétain est emmené contre son gré par l'armée allemande à Belfort puis, le 8 septembre, à Sigmaringen en Allemagne où il refuse d’exercer toute fonction.

- GOUVERNEMENT PROVISOIRE DE LA REPUBLIQUE : (1944-1947)

Après la libération de Paris en août 1944, le général Charles de Gaulle, chef de la France libre en exil depuis l'armistice de 1940, exerce à son tour les fonctions de chef de l'État, cumulées avec celles de chef du gouvernement, en tant que président du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF)1. En désaccord avec le projet de Constitution que proposent les ministres communistes, il démissionne en 1946. Félix Gouin, Georges Bidault, puis Léon Blum lui succèdent à la tête du GPRF1, qui disparaît peu de temps après l'adoption de la Constitution de la Quatrième République. Le président Albert Lebrun nomme Philippe Pétain, président du Conseil, avant de se retirer chez son gendre à Vizille (Isère).

1°- Charles de Gaulle (1944 au 20 janvier 1946) 2°- Félix Gouin (27 janvier 1946 au 12 juin 1946) 3°- Georges Bidault (24 juin 1946 au 28 novembre 1946)  4°- Vincent Auriol (28 novembre 1946 au 12 decembre 1946 (interim) 5°- Léon Blum (2 déc 1946-16 janv 1947)

- QUATRIEME REPUBLIQUE : (1947-1959)

La quatrième république est née contre l'avis de Charles de Gaulle. Les Français l'ont adoptée de justesse. Cette république a laissé un mauvais souvenir, bien que tout n'ait pas été sombre. Les acquis ont été très importants, notamment confirmation du droit de vote pour les femmes obtenu en 1945, la sécurité sociale, le SMIG, la Communauté Européenne... Mais il y eut l'échec de la décolonisation, l'instabilité ministérielle, 24 gouvernements en 12 ans, (le plus long 16 mois, le plus court 1 mois). Il faut se souvenir aussi que la période n'était pas facile, guerre froide, guerre d'Indochine... René Coty fait alors appel alors au Général de Gaulle pour trouver une solution, ce sera la Veme république.

La quatrième république est née contre l'avis de Charles de Gaulle. Les Français l'ont adoptée de justesse. Cette république a laissé un mauvais souvenir, bien que tout n'ait pas été sombre. Les acquis ont été très importants, notamment confirmation du droit de vote pour les femmes obtenu en 1945, la sécurité sociale, le SMIG, la Communauté Européenne... Mais il y eut l'échec de la décolonisation, l'instabilité ministérielle, 24 gouvernements en 12 ans, (le plus long 16 mois, le plus court 1 mois). Il faut se souvenir aussi que la période n'était pas facile, guerre froide, guerre d'Indochine... René Coty fait alors appel alors au Général de Gaulle pour trouver une solution, ce sera la Veme république.

1°- Vincent Auriol : Premier Président de la IVe République (16 janvier 1947 - 23 décembre 1953).

2°- René Coty        : Second Président de la IVe République (23 décembre 1953 - 8 janvier 1959).

- CINQUIEME REPUBLIQUE (1958 à …)

 1°- Charles de Gaulle - 1959 - 1969 : Fondateur de la Ve République en 1958, il mettra fin à l’empire colonial.

 2°- Georges Pompidou - 1969 - 1974 : Commencera à moderniser une France conservatrice, et essuiera le choc pétrolier en 1973.

 3°- Valéry Giscard d'Estaing - 1974 - 1981: A 48 ans, il a été pour l’instant le plus jeune président élu. Il instaure la majorité à 18 ans,

 4°- François Mitterrand - 1981 - 1995 : Avec 14 ans, il détient le record de longévité à ce poste. Il abolie la peine de mort , ouvre les liaisons hertziennes aux radios libres et aux chaînes de télé.

 5°- Jacques Chirac - 1995 - 2007 : Maire de Paris de 1977 à 1995. Il supprimera le Service National.

 6°- Nicolas Sarkozy - 2007 - 2012 En cours d’exercice.

  francois-hollande.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : mardi 02 octobre 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×