Histoire du Danemark

wikipedia-1.jpgdada-cam2.jpg  Royaume de Danemark

Kongeriget Danmark

 recueillis par Robert ANDRIANTSOA (robertandriantsoa@yahoo.fr)

 

Le Danemark, en forme longue le Royaume du Danemark ou le Royaume de Danemark, en danois Danmark et Kongeriget Danmark, est un pays d’Europe du Nord, et le plus petit des pays scandinaves. Le Danemark est membre de l’Union européenne depuis 1973. Sa capitale est Copenhague.

Devise nationale : aucune : Devise de Margrethe II : Guds hjælp, Folkets kærlighed, Danmarks styrke.1
(L’aide de Dieu, l’amour du peuple, la grandeur du Danemark) -
Langues officielles : Danois - Capitale : Copenhague

- Forme de l’État :

pdt-monde-danemerk-marguerite-II.jpgpdt-danemark-pm-thorning-schmidt.jpg

Monarchie constitutionnelle  - Reine de Danemark : Margrethe II, Actuellement en fonction Depuis le 14 janvier 1972 (39 ans, 11 mois et 1 jour) -  51e ministre d'État danoise : Helle Thorning-Schmidt, Actuellement en fonction Depuis le 2 octobre 2011 (2 mois et 15 jours)

- Superficie : 43 100 km2 - Population : 5 529 888 hab. (2011) - Densité : 129,16 hab./km2 –  Monnaie : Couronne (danoise) (DKK) - Fuseau : horaire UTC +1 - Hymne national : Der er et yndigt land (Il y a un beau pays)'.

Histoire

La Préhistoire et l'époque romaine

Les premières traces de civilisation humaine au Danemark remontent à une période interglaciaire de l'Âge de pierre. Après l'Âge de glace, la surface du Danemark était largement supérieure à aujourd'hui, parce que le niveau de la Mer du Nord se situait 100 m plus bas qu'actuellement. Les eaux de la Baltique, alors un bassin d'eau douce, s'élevaient 50 m au-dessus de celles de la Mer du Nord. C'est à cette époque qu'apparaît la culture de Bromme, encore paléolitique (10000–7400 av. J.-C.). Les tribus de cette culture, qui ne demeuraient vraisembablement que de manière saisonnière dans la région, chassaient encore dans la tundra l'élan, le cheval, le sanglier et le renne. Suivent les Maglemosiens (7400–6000 av. J.-C.), puis les Kongemosiens (6000–5200 av. J.-C.). Ceux-ci ont une alimentation plus variée, ils consomment également des baies, des noix, du poisson, des crustacés, des oiseaux et des racines. La dernière culture mésolithique, la culture d'Ertebølle (5200–4000 av. J.-C.), a laissé des traces dans le Jutland. Elle a laissé sa place à la culture dite des vases à entonnoir, néolithique, la première à pratiquer l'agriculture (aux alentours de -3900).

L'Âge du bronze danois se situe entre -1400 et -450.

C'est en 113 av. J.-C. que sont mentionnés pour la première fois les Cimbres et les Teutons, établis dans le Jutland et au sud de celui-ci.

Pendant l'âge du fer (500 avant J.-C. - 1 ap. J.-C.), le climat du Danemark et de la Scandinavie méridionale devient plus frais et plus humide, limitant l'agriculture et forçant les groupes indigènes à émigrer vers le sud, en Germanie. À cette époque, les habitants commencent à extraire le fer des marais de tourbe. Les preuves de l'immigration celtique datent de cette période au Danemark et en beaucoup d'endroits de l'Europe du Nord-ouest, leur passage se reflétant dans certains noms de lieux les plus anciens. C'est à cette période que se forment les premières communautés rurales.

Les provinces romaines dont les frontières sont proches du Danemark ont entretenu des relations commerciales avec les peuples danois, attestées par des pièces de monnaie romaine retrouvées dans le pays. La première inscription runique mise au jour date de l'an 200 environ. Du IIe au VIe siècle, on trouve des traces d'un début de cité majeure à caractère central, qui entretenait des relations commerciales loin à la ronde, au sud-est de la Fionie.

L'épuisement de la terre cultivée au Danemark semble avoir contribué aux migrations croissantes vers l'Europe nordique et aux conflits des tribus teutonnes avec les colons romains en Gaule.

Le Moyen Âge

Christianisation

L'histoire du christianmisme au Danemark se recoupe avec celle de l'époque viking (voir ci-dessous).

Aux alentours de l'an 725, l’archevêque d’Utrecht d’origine anglo-saxonne Willibrord se rend au Danemark. Il y est reçu par le roi Ongendus (sans doute Angantyr). Malgré ses efforts, le roi refuse de se convertir. Aucune autre tentative d'évangélisation n'a lieu sous Charlemagne, celui-ci refusant que les missionnaires se rendent dans des territoires non soumis à son autorité. Cette interdiction était liée à son idée qu'Empire et Église étaient indissociables.

L'époque Viking

Presque tous les villages danois datent de l'époque viking et ont donc plus de 800 ans. Les villages avec les suffixes -heim, ing(e), lev, løse et sted font partie des plus anciens. Ils apparaissent déjà à l'époque des migrations. Les suffixes contenant torp et toft(e) sont probablement arrivés d'Angleterre aux VIIIe et IXe siècles, ceux en -by provenant de Suède. Les suffixes -rød, rud, tved, holt, skov, have et løkke indiquent que les terres ont été gagnées par défrichage au XIIIe siècle.

La période moderne

La Réforme

La Réforme, qui est originaire d'Allemagne et des idées de Martin Luther, a un fort impact sur le Danemark. L'Église nationale est aujourd'hui encore luthérienne. Au Danemark, le protestantisme ne s'étend toutefois pas grâce à l'enthousiasme populaire pour la réforme de l'Église, sauf dans les villes, mais à l'enthousiasme d'un prince pour l'accroissement de ses richesses par la sécularisation des domaines de l'église.

La Réforme est imposée au Danemark en 1536 à la suite d'une guerre civile de trois ans. En 1533, à la mort de Frédéric Ier, un conseil de régence composé d'évêques prend le contrôle du pays et refuse de reconnaître l'élection de Christian III, déjà converti au luthéranisme. Christian III sort vainqueur, avec l'aide armée de la noblesse et des mercenaires allemands, de la guerre des comtes, obligeant le clergé, la paysannerie et la bourgeoisie à le reconnaître pour roi. Les biens de l'Église sont alors saisis, ce qui augmente considérablement les revenus du nouveau souverain. L'Église danoise devient une église princière luthérienne et les prêtres sont contraints de prêter allégeance à cette nouvelle église.

Si Christian III ne participe pas à la Ligue de Smalkade en guerre contre Charles Quint, le Danemark est, en général, du côté des Protestants lors des guerres de religion des XVIe et XVIIe siècles. Il fait rapidement partie du cœur du luthéranisme en Europe et le pays connaît, au XVIIe siècle, une période de stricte orthodoxie luthérienne. L'Église devient un instrument de la monarchie renforcée pour discipliner idéologiquement et moralement les populations. L'enseignement des doctrines de Calvin ou de Zwingli sont alors strictement interdites.

La monarchie absolue]

La crise politique interne due aux dommages des guerres transforma le régime en 1660/1661. En 1665, une insurrection du peuple contre les nobles donna à la royauté le pouvoir absolu : elle en usa pour le bien du pays, améliora la législation, abolit le servage et proclama l'égalité de tous devant la loi. La monarchie élective dominée par la noblesse devint une monarchie héréditaire au pouvoir absolu, selon la Loi Royale de 1665, jusqu'en 1848 et la rédaction d'une constitution démocratique en 1849. Cette loi fut complétée en 1683 par un code commun à tout le royaume, le Code Danois de Christian V de Danemark. L'État devint un état de grands commis bien organisé sous la domination de son seul roi tout puissant, père de tous ses sujets.

Colonialisme

Le Danemark conserva un certain nombre de colonies en dehors de la Scandinavie, débutant son mouvement d'expansion dès le XVIIe siècle et le poursuivant jusqu'au XXe siècle. Le Danemark fonda ainsi des colonies au Groenland et en Islande dans l'Atlantique nord quand il était rattaché à la Norvège. Christian IV, roi de 1588 à 1648 fut l'initiateur de ce mouvement de colonisation en développant le commerce maritime de son royaume avec l'extérieur. Il adopta la tendance mercantiliste qui était alors populaire dans les autres gouvernements européens. Le Danemark établit ses toutes premières colonies à Tranquebar, sur la côte sud de l'Inde, en 1620. Dans les Caraïbes, le Danemark fonda une colonie à Saint-Thomas en 1671, Saint-John en 1718, et acheta Saint Croix à la France en 1733.
Le Danemark conserva ses colonies indiennes, à savoir Tranquebar et également d'autres petites colonies de moindre importance, durant environ deux-cents ans. La compagnie danoise des Indes orientales commerça en dehors de Tranquebar. À son apogée, cette dernière et la compagnie suédoise des Indes orientales importèrent plus de thé que la compagnie anglaise des Indes orientales et vendirent 90% de leurs marchandises à l'Angleterre, ce qui leur rapportèrent des profits considérables. L'ensemble de ces colonies et comptoirs commerciaux implantés en Inde devinrent moins actives au cours des guerres napoléoniennes. Les danois conservèrent néanmoins d'autres colonies, forts et divers comptoirs commerciaux en Afrique de l'Ouest notamment, essentiellement dans le but de faire du commerce d'esclaves.

La période contemporaine

XIXe siècle

Allié de Napoléon Ier, le Danemark fut cruellement traité par l'Angleterre et Copenhague fut bombardé (1807) ; en 1814, il perdit la Norvège qui fut réunie à la Suède. En 1816, la Prusse lui céda le duché de Lauenbourg. En 1831, Frédéric VI de Danemark accorda à ses peuples des assemblées d'États provinciaux ; en 1849, Frédéric VII de Danemark leur donna une constitution parlementaire : la diète se compose de deux assemblées, le Folketing (Chambre du peuple) et Landsthing (Chambre des grands propriétaires).

Le règlement de la future succession au trône donna lieu en 1848 à une grande agitation, le Sleswig, le Holstein et le Lauenbourg ayant tenté à cette occasion de se séparer du Danemark, avec l'appui de la Prusse : après une guerre de trois ans, dans laquelle la Prusse eut le dessous, le traité de Londres du 8 mai 1852 termina le différend en assurant la succession, après l'extinction de la maison d'Oldenbourg, au prince Christian de Sonderbourg-Gtucksbourg. Toutefois, à la mort de Frédéric VII de Danemark (1863), l'Allemagne réclama l'indépendance du Holstein et du Sleswig, ce qui donna lieu à une nouvelle Guerre des Duchés, désastreuse pour le Danemark : le 30 octobre 1864, une paix fut signée, par laquelle le Danemark céda à l'Empire d'Autriche et à la Prusse, qui s'étaient chargées de l'exécution fédérale, les duchés de Sleswig, de Holstein et de Lauenbourg.

Début du XXe siècle

Durant les premières décennies du XXe siècle, le nouveau Parti radical et le plus ancien Parti libéral se partagent le pouvoir. Les femmes obtiennent le droit de vote en 1915 et quelques unes des colonies danoises sont vendues aux États-Unis. Durant cette période, le Danemark inaugure d'importantes réformes sociales et du marché du travail, jetant les bases de l'état-providence actuel.

Le Danemark reste neutre durant la Première Guerre mondiale, bien que le conflit affecte considérablement le pays. Le commerce a notamment été dérangé par le conflit et l'instabilité financière qui a suivi en Europe. Après la défaite allemande, le Traité de Versailles prévoit un plébiscite au Schleswig. À la suite de celui-ci, le Nord du Schleswig décide de rejoindre le Danemark.

Le roi et certaines parties de l'opposition sont mécontents du fait que le premier-ministre Carl Theodor Zahle n'a pas profité de la défaite allemande pour récupérer une plus grande partie de la province, perdue lors de la Guerre des Duchés. Le roi et l'opposition veulent notamment récupérer la ville de Flensburg, alors que le gouvernement n'exige que les territoires où les Danois sont majoritaires. Pensant avoir le soutien de la population, le roi démet le gouvernement de Zahle suscitant la Crise de Pâques 1920. À la suite de cette crise, le roi promet de ne plus jamais intervenir dans les affaires politiques. Bien que la Constitution danoise n'ait pas été amendée, les rois danois ont tenu cette promesse depuis lors.

Aux élections de 1924, les Sociaux-démocrates conduits par le charismatique Thorvald Stauning deviennent le premier parti du Danemark, et le restent jusqu'en 2001. Après avoir dû quitter le pouvoir en 1926, les Sociaux-démocrates y reviennent en 1929. Stauning accepte alors de travailler avec certains partis "bourgeois", formant une coalition avec le Parti radical, pour dégager un consensus qui permet de mettre fin à la Grande dépression des années 1930.

Le 30 janvier 1933 en effet, la coalition gouvernementale et le Parti libéral, alors dans l'opposition, signent l'Accord de Kanslergade. Cet accord prévoit une extension des droits des travailleurs et des subsides étatiques aux agriculteurs. Il jette les bases d'un État-providence. Lors des élections législatives qui suivent, en 1935, les Sociaux-démocrates obtiennent le score le plus élevé jamais obtenu par un parti politique au Danemark: 46% des voix.

Le Jutland et les îles danoises sont peuplés depuis plusieurs milliers d’années. L’unité du Danemark fut réalisée par Harald « à la dent bleue » (Harald Blåtand) vers 980. Jusqu’au XIe siècle, les Danois participèrent aux expéditions vikings, colonisant, commerçant et pillant partout en Europe.

Le Danemark a longtemps tenu un rôle majeur en Europe du Nord. À un moment ou à un autre, le royaume contrôla l’Angleterre, la Suède, la Norvège, la mer Baltique et des territoires en Allemagne. La partie sud de la Suède moderne, appelée Scanie (Skåne), fut partie intégrante du Danemark jusqu’au traité de Roskilde en 1658. La concrétisation de cette puissance s’est traduite par l’Union scandinave scellée à Kalmar en 1397 qui réunit sous l’autorité de la reine Marguerite, le Danemark, la Suède et la Norvège. Si la Suède chercha rapidement à recouvrer son indépendance grâce à Gustave Vasa en 1523, notamment en mettant à profit le conflit entre la noblesse danoise et le roi Christian II, l’union avec la Norvège n’a été dissoute qu’en 1814 après la chute de Napoléon avec qui Frédéric VI avait choisi de s’allier.

Le mouvement nationaliste et communiste du Danemark devint puissant au XIXe siècle et, suite aux révolutions européennes de 1848, le Danemark est devenu une monarchie constitutionnelle en 1849.

Resté neutre pendant la Première Guerre mondiale, le Danemark reprit en 1920 une grande partie du Schleswig-Holstein qu’il avait dû céder en 1864 à la Prusse et l’Autriche consécutivement à la guerre des Duchés.

Le 9 avril 1940, l’Allemagne envahit le Danemark, lui proposant en vain le protectorat, et le pays fut occupé pendant toute la Seconde Guerre mondiale, malgré les efforts de quelques résistants danois. Après la guerre, le Danemark renonça à sa neutralité et, après l’échec de l’instauration d’une union de défense scandinave, rejoignit l’OTAN. Son adhésion à l’Union européenne date de 1973.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : mardi 02 october 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site