Géographie de la République Dominicaine

wikipedia-1.jpgdaddy-002-1.jpg   République dominicaine

 República Dominicana

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (robertandriantsoa@yahoo.fr)

 

La République dominicaine, en espagnol República Dominicana, est un pays des Grandes Antilles. Elle occupe environ les deux tiers de l'île d'Hispaniola, en mer des Caraïbes, Haïti occupant le tiers ouest de l'île. L'espagnol est la langue officielle de ce pays qui compte près de 10 millions d'habitants.

Devise nationale : Dios, Patria, Libertad - (en français : Dieu, Patrie, Liberté) - Langue officielle : Espagnol - Capitale : Saint-Domingue

- Forme de l’État République  

pdt-rep-dominicaine-leonel-fernandez.jpgpdt-rep-dominicaine-pm-rafael-alburquerque.jpg

- Président de la République dominicaine : Leonel Fernàndez, Actuellement en fonction Depuis le 16 août 2004 - Vice-Président : Rafael Alburquerque

- Superficie : 48 730 km2 - Population – 9 884 371 hab. (2010) - Densité : 202,8 hab./km2 - Indépendance : De Haïti - Date :
27 février 1844 - Monnaie : Peso dominicain (DOP) - Fuseau horaire UTC -4 - Hymne national Quisqueyanos valientes.

Géographie

Subdivisions

La République dominicaine se divise en 31 provinces, plus la capitale, Santo Domingo, qui occupe le District National.

Saint-Domingue la capitale et plus grande ville, est la plus ancienne ville des Caraïbes et du Nouveau Monde. Santiago de los Caballeros est la deuxième plus grande ville.

Le relief de la République Dominicaine est très varié, avec 5 massifs montagneux, des hauts plateaux, des forêts tropicales humides et touffues donnant naissances à de nombreux cours d’eaux et lacs, des vallées verdoyantes, des régions très arides et désertiques. Le pays est traversé par trois chaînes montagneuses principales :

  • au nord, la cordillère Septentrionale évoluant jusqu'à une altitude de 1249 m entre Puerto Plata et Santiago.
  • au centre par la cordillère Centrale, la plus importante des Antilles, avec les cinq plus hauts sommets des Caraïbes : le Pico de Duarte (3098 m), le Loma La Pelona (3076 m), le Loma Rucilla (3029 m), le Loma de la Viuda (2802 m) et Yaque (2760 m).
  • au sud la Sierra de Bahoruco avec un maximum de 815 m au nord de Higüey.

Au sud-ouest, le lac hyper salé, Enriquillo, est à 44 mètres au-dessous du niveau de la mer, le point le plus bas du pays, des Antilles et le plus bas dans une île océanique.

Le littoral dominicain s'étend sur 1633 km, de la côte Atlantique au nord, à la mer des Caraïbes au sud, avec près de 600 kilomètres de plages propices à la baignade. Le pays compte aussi de nombreux parcs nationaux, dont certains comme le parc national Armando Bermúdez permettent la randonnée ou d'autres comme le parc de Los Haïtises les excursions à travers la mangrove.

Les cinq principaux aéroports accueillant de nombreux touristes en provenance d'Amérique du Nord et d'Europe sont situés à Saint-Domingue, Punta Cana, Puerto Plata, La Romana et El Catey à Samana.

Distances en km des principales villes* Attention: ces distances ne sont plus d'actualité pour Las Terrenas et Samana en provenance du sud depuis l'ouverture de l'autoroute Sto Domingo - El Catey, qui a réduit considérablement le nombre de kilomètres.

Économie

L'économie est principalement dépendante de l'agriculture et du tourisme. L'agriculture représente 11,7 % du PIB (2009), les industries représentent 21,6 % du PIB (2009) et les services, en grande partie le tourisme, représentent 66,6 % du PIB (2009). Le tourisme prend une importance croissante depuis les années 1990. Il représente plus d'un milliard de dollars et les envois des expatriés, principalement des États-Unis, représentent 1,5 milliard de dollars (2000). Le tourisme et les envois de l'étranger constituent tous deux d'importantes sources de devises.

En 2009, le PIB réel était de 46,74 milliards de dollars US, le PIB par habitant était de 8300 $ US et le taux d'inflation était de 1,4 %.

En 2003 et 2004, le pays a connu, sur fond de divers scandales dont celui de la banque BANINTER, une grave crise financière conduisant à une forte dévaluation du peso dominicain (dont la parité est passée d'environ 16 pesos dominicains pour un dollar américain à 50 pesos dominicains pour un dollar américain), une inflation importante et une crise de l'endettement. Cette crise financière s'est accompagnée d'une baisse considérable du niveau de vie des habitants.

Le changement d'administration à la suite de l'élection présidentielle de 2004, au terme de laquelle le président sortant n'a pas été réélu, a redonné confiance aux intervenants internationaux, l'année 2004 se terminant par un rebond du peso dominicain (28,5 pesos dominicains pour un dollar américain). En 2005 et 2006, le pays a renoué avec une forte croissance, la situation macroéconomique paraissant stabilisée.

Le Larimar est une pectolite de couleur bleu qui se trouve uniquement en République dominicaine.

Le 22 novembre 1916, le prêtre Miguel Domingo Fuertes de Loren de la paroisse de Barahona a demandé la permission au ministère de la République dominicaine d’explorer et d’exploiter une mine qu’il avait découvert et qui contenait une certaine roche bleue. Étant donné que personne ne connaissait ce dont il parlait, la demande a échoué et la découverte de la pierre bleue a été retardée.

Le gisement de Larimar fut retrouvé en 1974 mais exploité qu’à partir de 1976. Deux habitants du village de Los Chupaderos, à environ 10 km de la ville de Barahona, avaient remarqué une couleur bleu clair sur le sable de la plage et au fond du fleuve de Bahoruco qui se jetait dans la mer des Caraïbes. En remontant le courant à pied, ils ont ainsi découvert le filon situé en amont, au sommet d’une montagne recouverte d’une végétation luxuriante de type tropical. Le nom de LARIMAR a été donné par Miguel Méndez en associant le nom de sa fille LARIssa, et la mer, MAR en espagnol.

La mine de Los Chupaderos constitue l’unique mine de Larimar connue dans le monde et le Larimar fut classé en 1979 comme pierre semi-précieuse. La mine est scindée en deux parties : d’un côté l’exploitation faite par l’état est mécanisée, de l’autre des petits exploitants locaux qui travaillent avec des moyens archaïques.

On évalue la qualité de la pierre selon sa coloration : plus la pierre est d’un bleu profond, plus elle est précieuse.

Des colorations verdâtres sont également connues mais ne sont pas bien considérées, à moins que le vert soit intense. La cristallisation de cette pectolite s’est faite à l’intérieur de cheminées volcaniques où la matière incandescente a été poussée par le gaz. De ce fait, l’exploitation du Larimar dépend de la localisation de ces cheminées. On le trouve également associé à d'autres couleurs et d'autres minéraux. Les colorations rouges dans le Larimar indiquent des traces de fer. Il convient de noter que les pectolites sont photosensibles, c’est pourquoi le Larimar perd sa coloration bleue au fil des années.

La République dominicaine est aussi le siège d'importants gisements d'ambre.

Démographie

La population s'élève à 9 884 371 habitants (estimation 20101).

En 2009, environ 65 % de la population vivait dans des zones urbaines.

Les Haïtiens constituent le groupe d'étrangers le plus important. Le catholicisme est la religion de 95 % de la population2.

En 2010, le taux de croissance était de 1,489 %, le taux de natalité 22,39 naissances pour 1 000 habitants, le taux de mortalité 5,28 pour mille habitants et le taux de fécondité était de 2,73 enfants par femme2.

Beaucoup ont émigré aux États-Unis d'Amérique depuis les années 1960, notamment Washington Heights à New York est surnommé les hauteurs Quisqueya.

La République dominicaine compte également entre 500 et 700 000 immigrés haïtiens qui vivent essentiellement dans des bateys, près des champs de culture de la canne à sucre. Les Haïtiens constituent la communauté la plus pauvre de ce pays. Beaucoup d'entre eux ne parlent que le créole haïtien3.

Culture

Le merengue et la bachata sont des styles musicaux originaires de la République dominicaine. Le carnaval en République dominicaine a encore des caractères d'originalité.

Le baseball est un sport populaire. La République dominicaine fournit, devant le Japon, le plus grand nombre de joueurs étrangers au championnat professionnel de baseball de la Ligue majeure de baseball aux États-Unis. Dans ce pays le football est un sport principalement feminin.

La canne à sucre, avec la distillation du rhum, et le tabac font aussi partie de la culture dominicaine. Plus de 50% du tabac en République dominicaine est produit à Villa Gonzalez, petite commune d'environ 30 000 habitants située dans la Cibao, qui représente de ce fait la capitale du tabac dominicain.

De nombreux Dominicains sont descendants d'esclaves africains. Les disparités de richesse sont très fortes et les blancs descendants d'Espagnols sont de loin les plus riches tandis que les Noirs et les Métis, mélange d'Indiens tainos, Africains et Espagnols, occupent généralement le bas de l'échelle sociale. Néanmoins, le métissage a été très important.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : mercredi 03 octobre 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site