Géographie de la Corée du Nord

wikipedia-1.jpgdada-cam2.jpgRépublique populaire démocratique de Corée 

robertandrintsoa@yahoo.fr - dadaroby24@gmail.com

carte-coree-du-nord-copie-1.jpg

Devise nationale : (Un pays puissant et prospère)

Langue officielle Coréen  - Capitale Pyongyang

kim-jung-un.jpgkim-yong-nam.jpgchoeyongrim.jpg

- Forme de l’État République, régime à parti unique communiste  -  - Président du Comité de défense, Secrétaire général du Parti : Kim Jong-eun  - Président de l'Assemblée : Kim Yong-nam - Premier ministre Choe Yong-rim - Superficie : 120 540 km2 - Population : 24 457 492 hab. - Densité Classé 48e : 203 hab./km2Indépendance : - Date du Japon : 15 août 1945 - Hymne national Chant patriotique

La Corée du Nord (en coréen Puk Chosŏn,  (hangul), (hanja)), officiellement la République populaire démocratique de Corée (en coréen Chosŏn Minjujuŭi Inmin Konghwaguk,  (hangul), (hanja)), est un État qui couvre la partie Nord de la péninsule coréenne située en Asie orientale. Sa capitale est Pyongyang. Elle est limitrophe de la Chine (1 416 km de frontières communes) au Nord et de la Russie au Nord-Est (19 km de frontières), ainsi que de la République de Corée au Sud (238 km de frontières). Cette dernière frontière méridionale est bordée de part et d'autre sur 2 km d'épaisseur par la zone démilitarisée (DMZ), qui est en réalité très fortement militarisée, car surveillée au total par plus d'un million de soldats1. Le Japon, proche voisin maritime, est séparé de la Corée du Nord par la mer du Japon.

La Corée du Nord est un État à parti unique avec un Front uni mené par le Parti du travail de Corée (KWP). Le gouvernement du pays suit l'idéologie officielle d'autonomie du Juche développée par le président Kim Il-sung. Après sa mort en 1994, Kim Jong-Il, son fils, lui a succédé à la tête de l’État mais non en tant que Président de la République, cette fonction étant restée « éternellement » rattachée à la personne de Kim Il-sung. Après la dislocation de l'URSS et une série de catastrophes naturelles, la Corée du Nord a subi une famine faisant de 900 000 à deux millions de morts. Kim Jong-Il adopte alors la politique du Songun ou « l'armée d'abord » afin de renforcer le pays et le gouvernement.

kim-il-song.jpgKim Il-sung ou Kim Il-song, né le 15 avril 1912 et mort le 8 juillet 1994, fut le fondateur et le premier dirigeant de la Corée du Nord de 1948 jusqu'à sa mort. Kim Il-sung occupa les postes de premier ministre de 1948 à 1972 et de président de la République à partir de 1972, tout en occupant de manière permanente le poste de secrétaire général du Parti du travail de Corée. Il était couramment désigné du titre de Grand Leader, widaehan suryŏng). Il fut surnommé le « Président éternel » ou « professeur de l'humanité tout entière ». Son fils Kim Jong-il lui succéda à la tête du parti et du régime.

 

kim-jong-il.jpgKim Jong-il, né le 16 février 1941 ou 1942 et mort le 17 décembre 2011, est un homme d'État nord-coréen. Il a été le dirigeant de la Corée du Nord de 1994 à sa mort. Il succède à son père, Kim Il-sung, qui a dirigé le pays entre 1948 et 1994. Appelé le « Cher dirigeant », chinaehan jidoja; également traduit par « Dirigeant bien-aimé »), il occupe alors les fonctions de président du Comité de la défense nationale et de secrétaire général du Parti du travail de Corée. La Corée du Nord est, selon sa constitution, placée « sous la direction du Parti du Travail de Corée » et le Comité dirige l'Armée populaire de Corée, dont le rôle est prépondérant dans le pays. La constitution de Corée du Nord, révisée en 1998, précise que le président du Comité est le « Dirigeant suprême de la République populaire démocratique de Corée ». Kim Jong-il a donc dirigé de fait la République populaire démocratique de Corée, bien que, sur un plan strictement juridique, le poste de chef de l'état soit détenu par Kim Yong-nam, en tant que président de l'Assemblée populaire suprême. Le rôle de ce dernier a cependant toujours été en retrait par rapport à celui de Kim Jong-il. Kim Jong-il décède le 17 décembre 2011 d'une crise cardiaque, alors qu'il voyageait dans un train, selon les médias officiels nord-coréens. Son plus jeune fils Kim Jong-eun, qui préside le 28 décembre ses funérailles, lui succède à la tête de la Corée du Nord.

Le pays est considéré par la plupart des observateurs étrangers comme un régime communiste de type totalitaire ou stalinien6,7,8,9,10,11,12, avec un culte de la personnalité développé autour de Kim Il Sung et ses descendants et l'un des plus bas rangs mondiaux au niveau des droits de l'homme13. Le gouvernement nord coréen réfute cette qualification14. Après la mort de Kim Jong-il en 2011, son fils cadet Kim Jong-eun est proclamé nouveau chef du parti et de l'armée; il n'a pas encore pris officiellement les fonctions de secrétaire général du Parti du travail de Corée et de président du Comité de la défense nationale occupés précédemment par son père15.

La Corée du Nord est le pays le plus militarisé au monde16,17 avec un total de 9 495 000 hommes d'active, de réserve et paramilitaires. C'est un État doté de l'arme nucléaire et qui a un programme spatial.

Géographie

Géographie physique

Le pays se situe en Asie orientale, au nord de la péninsule de Corée, dont il occupe environ 55 % des terres20. D'une superficie de 120 538 km², il est bordé au nord par la Chine (frontière 1 416 km), au nord-est par la Russie (frontières de 19 km) et au sud par la Corée du Sud (frontières de 238 km). Ses frontières maritimes sont marquées à l'est par la mer du Japon, appelée « mer de l'Est » par les Coréens21 et à l'ouest par la mer Jaune, mer bordière de la mer de Chine orientale.

Les principaux fleuves sont le Amnok (nommé Yalou en chinois), long de 790 km et le Tumen, dont le cours atteint 521 km, qui est le seul fleuve important à se jeter dans la mer du Japon. Tous deux servent de frontière avec la Chine sur la plus grande partie de leur parcours. En raison de la topographie, les fleuves sont assez courts et peu adaptés à la circulation fluviale22. Plus au centre du pays, le Taedong (439 km) arrose Pyongyang et l'Imjin partage son estuaire avec le fleuve Han aux portes de la Corée du Sud.

La ville la plus importante est Pyongyang, la capitale ; les autres villes principales du pays sont Chongjin, Wonsan, Nampo, Kaesong et Hamhung.

Sur le grand plateau de Kaema, au nord-est du pays, s'élève le mont Paektu (2 750 m), point culminant du pays. Dans le paysage désolé et grandiose du cratère volcanique de cet ancien volcan s'étend le lac Chon. Cinquante montagnes dépassent par ailleurs 2 000 m (pour la plupart situées dans le Hamgyong). Les trois quarts du pays sont montagneux ou constitués de plateaux en majeure partie recouverts de forêts (conifères, chênes, châtaigniers, etc.).

Le climat est de type tempéré continental, caractérisé par une amplitude annuelle de 35 °C à Pyongyang (la température moyenne au mois de janvier est de - 8 °C et celle du mois de juillet est de 27 °C) et des étés chauds et humides. Les précipitations annuelles atteignent 916 mm à Pyongyang et 1 400 mm à Wonsan, sur la côte est. En 1967, 1995, 2006 et 2007 le pays a été soumis à de très fortes inondations qui ont entraîné de lourdes pertes humaines et matérielles.

Le climat est caractérisé par un hiver long, froid et un été humide. Les deux tiers des précipitations annuelles interviennent durant l'été, de juin à septembre. À l'automne, les typhons ne sont pas rares.

Faune et flore

La faune nord-coréenne fait partie d'un ensemble plus vaste qui regroupe le nord-est de la Chine et l'est de la Sibérie. Elle compte notamment des daims, des antilopes, des léopards, des panthères, des ours bruns et noirs, des tigres (dont le tigre en Corée appartenant à la sous-espèce du tigre de Sibérie), des zibelines, des cerfs et des sarcelles du lac Baïkal. Parmi les espèces avicoles, le pic-vert noir à ventre blanc est propre au nord de la Corée23.

Pour la flore, la Corée du Nord abrite plusieurs parcs naturels, en particulier dans les régions des monts Chilbo, Paektu, Kuwol, Myohyang et Kumgang.

Géographie administrative

La Corée du Nord compte neuf provinces et cinq villes sous statut administratif propre.

Les neuf provinces sont25 :

Les cinq régions ayant un statut particulier sont :

Les trois dernières citées étant également des zones économiques spéciales.

Géographie humaine

Peuplement

Les premiers peuplements de la Corée datent de l'époque paléolithique il y a plus d'un million d'années. Les premières populations d'hommes modernes, de type Homo sapiens, sont présentes il y a 30 000 à 40 000 ans dans les provinces du Nord Hamgyong et du Pyongan du Sud, situées aujourd'hui dans le nord de la péninsule coréenne. Comme en Europe, en Inde et au Proche-Orient, les hommes y ont édifié des dolmens. Ceux de Corée du Nord datent du Ier millénaire av. J.-C.26.

L'unité territoriale de la Corée et l'identité anthropomorphique des Coréens sont attestées il y a 7 000 ans26.

Au plan linguistique, le coréen n´a toujours pas pu être relié avec certitude à une autre famille de langues, elle est donc encore considérée comme un isolat. Au niveau de la génétique, les haplogroupes O2 (en) et O3 (en) prédominent.

Démographie

Selon des données publiées par la CIA, la population nord-coréenne est estimée à environ 24 457 492 habitants en 201130, soit une densité d'un peu moins de 203 habitants/km². Environ 61 % de la population est citadine30.

L'âge médian est de 32,9 ans et 22,4 % de la population a moins de 14 ans, 68,6 % entre 15 et 64 ans et 9,1 % plus de 65 ans30.

L'indice synthétique de fécondité est estimé en 2011 à 2,02 enfants par femme, pour un taux d'accroissement naturel estimé à 0,538 %. Le taux de natalité est estimé à 14,51 pour mille et celui de mortalité à 9,08 pour mille en 2011. Le taux de mortalité infantile est estimé à 27,1 pour mille en 201130, une valeur comparable à celles observées dans les pays du Maghreb31.

L'espérance de vie en 2011 est estimée à 68,9 ans, ce qui la place après le Bangladesh et juste avant l'Ukraine, soit à la 149e position sur 222 États (pour comparaison l’espérance de vie en Corée du sud est de 79,05 ans qui la place en 41e position)32. De 1990 à 2002, l’état alimentaire et sanitaire du pays s’était considérablement dégradé, du fait de l'aggravation de la situation économique, faisant régulièrement apparaître des risques de famine33.

Eugénisme

Selon le rapport publié en avril 2009 par l'Institut coréen pour l'unification nationale, le gouvernement de la Corée du Nord pratique l'eugénisme : les nains devaient subir une vasectomie et être mis en quarantaine et dans les années 1980, des opérations contraceptives se pratiquaient aussi sur des femmes de moins de 1,50 mètre34.

Migrations humaines

Les Nord-Coréens n'ont pas le droit de quitter leur territoire sans autorisation, mais il est possible pour le voyageur étranger de visiter cette nation35. Des étudiants nord-coréens sont autorisés à faire leur cursus universitaire en France, en Grande-Bretagne, en Suisse et dans d'autres pays d'Europe.

93 000 Coréens du Japon favorables à Pyongyang, et appartenant à l'association Chongryon sont venus s'installer en Corée du Nord, principalement entre 1959 et 1962, parfois accompagnés d'un conjoint japonais36 dans des conditions alors critiquées par l'association Mindan des Sud-Coréens du Japon37. La Corée du Nord compte ainsi une petite communauté japonaise estimée à 1 800 personnes. En outre, une minorité chinoise de 50 000 personnes est présente en Corée du Nord, ainsi qu'une communauté d'origine vietnamienne38. Mais depuis plusieurs années le taux d'immigration est extrêmement faible et l'estimation de 2009 est négative. Cela fait de la Corée du Nord un pays très homogène sur le plan ethnique.

Au sein de l'importante diaspora coréenne (présente notamment en Chine, aux États-Unis, au Canada, au Kazakhstan), plus d'un tiers des quelque 600 000 Coréens du Japon sont citoyens de la République populaire démocratique de Corée. Ils sont regroupés au sein de l'association générale des Coréens résidant au Japon, généralement désignée par son acronyme Chongryon (nom japonais : Chôsen Soren), lequel peut également être orthographié Chongryun.

Depuis la famine des années 1990, un grand nombre de Nord-Coréens ont fui en Chine en traversant le fleuve Tumen. Beaucoup se cachent dans la zone frontalière.

Selon le bulletin La lettre de Corée de l'association d'amitié Corée-France (favorable à la Corée du Sud et hostile à la Corée du Nord) jusqu'à 300 000 Coréens du Nord « se cacheraient » en Chine et 1 285 réfugiés nord-coréens sont parvenus en Corée du Sud en 200339. Les spécialistes estiment plus vraisemblable le chiffre de 100 000 Nord-Coréens présents en Chine, voire moins, en observant que « l'immigration illégale n'est, par nature, pas enregistrée officiellement » et qu'« une grande partie des mouvements de population le long de la frontière sont légaux, avec des personnes allant travailler ou étudier à l'étranger ». La fuite de plus de 450 Nord-Coréens arrivés à Séoul le 27 juillet 2004 a été qualifiée de « kidnapping planifié et un crime de terrorisme flagrant » par les autorités nord-coréennes.

Depuis les années 1990, plus de 10 000 Nord-Coréens partent chaque année pour l'Extrême-Orient russe dans les camps de déboisement et des chantiers de construction afin de payer la dette nord-coréenne à la Russie.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : samedi 19 may 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site