Géographie d'Allemagne

Deux Etats Allemands :

- République Fédérale d'Allemagne RFA (Bundesrepublik Deutschland (BRD)

 - République Démocratique Allemande RDA (Deutsche Demokratische Republik (DDR)

Madagascar l'Île Empreinte                                                                                                         

La Géographie de l'Allemagne

Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, le mot « Allemagne » n’existe pas. Pour les Romains, les peuples qui occupent le territoire actuel de l’Allemagne sont des Germains et des barbares. Parmi ces peuples, les Alamans (terme signifiant « tous les hommes ») semblent être à l’origine du nom « allemand », qui n'est utilisé qu'en français (la plupart des autres langues européennes utilisant l'ethnonyme « teuton »). Après avoir été sous l’influence de Rome, la région tombe sous la coupe des Francs. Charlemagne conquiert la Saxe et étend sa domination jusqu’à l’Elbe. En 843, ses petits-fils se partagent son empire à Verdun : la Francie orientale, dirigée par Louis le Germanique apparaît comme le lointain ancêtre de l’Allemagne.

La République fédérale d'Allemagne est un État d'Europe baigné par la mer Baltique et frontalier avec 9 autres États : les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la France, la Suisse, l'Autriche, la République Tchèque, la Pologne et le Danemark.

L'Allemagne se place au 12eme rang mondial et au 1er rang européen avec plus de 85 millions d'abitants. Population: plus de 83 millions d'habitants, densité: 230 hab./km², taux de natalité: 10%, taux de mortalité: 11%, indice de féconduté: 1.3 enfant par femme, Population urbaine: 86%, Taux de chômage ~10.5%.

L'adhésion de la RDA à la RFA le 3 octobre 1990 crée un territoire de 357 000 km². Le relief de l'Allemagne est divisé en trois parties que sont, le sud = allemagne alpine (1000 mètres), le centre = allemagne moyenne (500 mètres), le nord = plaines (200 -200 mètres.

Plus de 11 000 km d'autoroutes (2éme réseau mondial après celui des Etats-Unis. Le Rhin assure 83% du trafic fluvial.

 L'Allemagne peut être divisée en trois grands ensembles naturels: la plaine du Nord, l'Allemagne moyenne hercynienne (Mittelgebirge), et l'Allemagne méridionale alpine et subalpine, au sud du Danube.

La plaine du Nord

L'Allemagne du Nord est occupée par une partie de la grande plaine nord-européenne, sur une largeur de 150 à 300km, depuis la frontière néerlandaise jusqu'à la frontière polonaise.

 La plaine de la Geest, qui s'étend surtout à l'ouest de l'Elbe est recouverte d'un épais manteau de dépôts morainiques peu fertile (landes de Lunebourg). Au sud, au contact du Mittelgebirge, la plaine du Nord est tapissée par des dépôts éoliens de lœss, très fertiles, constituant la région des Börde (Börde de Juliers, Börde de Magdeburg), large d'une quarantaine de kilomètres.

 Les côtes de la mer Baltique, découpées par des rias, présentent une alternance de basses terres sablonneuses et de falaises. Elles sont bordées de plusieurs grandes îles, dont Rügen (928km2), la plus grande île de la mer Baltique. Les côtes de la mer du Nord sont basses et marécageuses. Au large se trouvent les îles Frisonnes orientales et septentrionales, comprenant notamment l'île d'Helgoland. Tourbières et marécages littoraux ont été transformés en polders.

 Le centre de l'Allemagne moyenne (Hesse, Basse-Saxe, Westphalie) est constitué de plateaux gréseux faillés (Spessart, Bergland), de petits massifs (Teutoburgerwald) ou volcaniques (Vogelsberg, Rhön), de fossés tectoniques (Vetteravie) et du bassin sédimentaire de Souabe-Franconie. Cristallin dans sa partie sud, gréseux dans sa partie nord, ce massif culmine à 1493m d'altitude au sommet du Feldberg.

L'Allemagne alpine

On distingue trois grands ensembles. Au Sud, une région préalpine (altitude de 3 000 mètres, au plus) et son avant-pays forment trois massifs : l'Allgäu, les Préalpes de Bavière, les Alpes de Berchtesgaden. Au centre, l'Allemagne moyenne s'ordonne en une mosaïque de massifs, de bassins et de plaines, d'où ressortent à l'Ouest, la plaine du Rhin et son encadrement montagneux (Forêt-Noire, Massif schisteux rhénan), et à l'Est, le massif de Bohème. Le bassin souabe-franconien se place entre les vallées du Rhin, du Main et du Danube. Au Nord, s'étend une plaine monotone modelée par l'érosion glaciaire, partie de la grande plaine nord-européenne.

 À l'extrême sud du pays, les Alpes allemandes sont précédées par le plateau souabe-bavarois, qui s'étend du lac de Constance à l'Inn. Larges d'une vingtaine de kilomètres seulement, les Alpes allemandes comprennent, d'ouest en est, les Alpes de l'Allgäu (2645m au Mädelegabel), composées principalement de grès et de schistes, les Préalpes de Bavière, chaînons de calcaires triasiques et jurassiques culminant au Zugspitze (2962m), et des Préalpes de Salzbourg, dont l'altitude ne dépasse pas 1700m.

Hydrographie

Deux grands fleuves, s'écoulant dans des directions opposées, irriguent l'Allemagne: le Rhin et le Danube. Le Rhin constitue la principale artère fluviale du pays et revêt une importance à la fois culturelle et économique. Il prend naissance dans les Alpes suisses et s'écoule vers le nord-ouest en direction de la mer du Nord. Il traverse l'Allemagne sur 700km. Le Danube, dont l'Allemagne ne possède que le cours supérieur, prend sa source en Forêt-Noire, s'écoule vers l'est et baigne le sud du pays avant de pénétrer en Autriche. Il relie l'Allemagne aux pays d'Europe de l'Est (Slovaquie, Hongrie, Serbie, Roumanie). Navigable seulement en amont de Ratisbonne. Son débit moyen n'est encore que de 1415m3/s après sa confluence, sur sa rive droite, avec les rivières alpines de l'Isar et de l'Inn.

 D'autres fleuves arrosent l'Allemagne. Au nord, l'Elbe, issue des monts des Géants en République tchèque, draine la plaine du Nord où elle reçoit la Saale et la Havel, et se jette dans la mer du Nord par un profond estuaire. Son faible débit (642m3/s en amont d'Hambourg) limite en partie la navigation. Au nord-est, l'Oder et son affluent, la Neisse, forment sur 162km la frontière avec la Pologne avant de se jeter dans la mer Baltique. Au nord-ouest, la Weser (439km) et l'Ems (372km) s'écoulent en direction de la mer du Nord.

Climat

 La partie orientale de la plaine du Nord connaît des étés plus chauds (18,2?°C en moyenne à Cottbus) et des précipitations annuelles plus faibles (588mm(d'eau) en moyenne) que la plaine du Nord occidentale, au climat océanique. Les précipitations sont etalées sur toute l'année: 740mm par an à Hambourg, où les températures moyennes vont de 0,3?°C en janvier à 17,1?°C en juillet.

 La région la plus froide de l'Allemagne est la Thuringe, qui connaît en moyenne 80jours de gel par an. Le plateau bavarois, souvent balayé par le fœhn, appartient à la zone climatique alpine (climat de montagne).

La République fédérale d'Allemagne est un État d'Europe baigné par la mer Baltique et frontalier avec 9 autres États : les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, la France, la Suisse, l'Autriche, la République Tchèque, la Pologne et le Danemark.

Le climat, continental dans l'ensemble, présente des caractères océaniques en bordure de la mer du Nord.

Régions

Le territoire est formée de 16 états (Länder) :

Bavière, Saxe, Thuringe, Bade-Wurtemberg, Mecklembourg-Poméranie occidentale, Rhénanie du Nord-Westphalie, Rhénanie-Palatinat, Sarre, Schleswig-Holstein, Saxe-Anhalt, Hesse, Basse-Saxe, Brandebourg, Berlin, Hambourg, Brême.

Végétation

 Le territoire de l'Allemagne est couvert de forêts. Les plus grandes surfaces boisées se situent dans la moitié sud du pays. Les deux tiers de la forêt allemande sont constitués de conifères (pins, sapins, épicéas). Au cours des dernières années, ces forêts ont été gravement affectées par les pluies acides, causée de la pollution industrielle et automobile. Le hêtre ainsi que d'autres espèces d'arbre ont considérablement régressé. Les terres acides du nord sont le domaine des bouleaux et des pins.

Ressources et contraintes du milieu naturel

 Le pays est bien alimenté en eau: des ressources proviennent du Mittelgebirge. L'Allemagne réunifiée possède près de 6000km de cours d'eau et de canaux navigables, sur le plan économique cela rapporte. En revanche, le sur plus d'abondance en eau a cause des inondations dans la plaine du Nord. En revanche, dans les Börde, dans la vallée du Rhin et sur le plateau bavarois, l'Allemagne possède des sols dont la fertilité favorise l'agriculture.

 L'Allemagne possède également des gisements de lignite en Rhénanie et, surtout, à l'est. Ainsi, l'ancienne RDA avait créé de gigantesques complexes industriels autour des gisements de Halle-Leipzig, dans la Saxe, et de Cottbus-Lauchhammer-Hoyerswerda, en Brandebourg. Mais le coût écologique, lié autant a l'extraction du lignite, condamne à terme ces mines. Parmi les autres ressources minérales figurent le sel et la potasse, abondants dans le Harz et aux environs de Fribourg-en-Brisgau, ainsi qu'en Thuringe. À l'est de Kiel, ainsi qu'aux embouchures de l'Ems et de la Weser, le sous-sol recèle des gisements de pétrole et de gaz naturel. Enfin, l'Allemagne possède des gisements limités de mercure, d'argent, de soufre, de minerai de plomb, d'uranium et de zinc.

POPULATION ET SOCIÉTÉ

 L'Allemagne est le pays le plus peuplé de l'Union européenne. En 1998, sa population était estimée à 82079454habitants. La densité est élevée (229,9habitants au km²).

 Le pays détient, avec l'Italie et l'Espagne, l'un des plus bas indices de fécondité, avec 1,3enfant par femme (période 1990-1998). Il existe, par ailleurs, une forte disparité entre les Länder(région) de l'ouest et ceux de l'est, dont l'indice de fécondité est inférieur à 1. La baisse de la fécondité est continue depuis plusieurs décennies (1,52enfant par femme durant la période 1975-1980). En revanche, l'espérance de vie, estimée à 77ans (période 1995-2000), est très élevée. Le vieillissement de la population, déjà bien entamé, ne peut donc que s'accentuer.

Découpage administratif et villes principales

L'Allemagne est un État fédéral formée de seize Länder (États). En juillet 1990, les cinq anciens Länder est-allemands, dissous en 1952, furent reconstitués et, en octobre 1990, date de la réunification des deux Allemagnes: le Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, le Brandebourg, la Saxe-Anhalt, la Thuringe et la Saxe vinrent s'ajouter aux onze Länder ouest-allemands: le Bade-Wurtemberg, la Bavière, la Hesse, la Basse-Saxe, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la Rhénanie-Palatinat, la Sarre, le Schleswig-Holstein et les trois villes-États de Berlin, Brême et Hambourg.

 La population allemande est fortement urbanisée: des habitants vivent dans des agglomérations de plus de 2000habitants. L'Allemagne est un pays d'urbanisation ancienne.

 L'Allemagne est un pays à la charnière de l'Europe occidentale et de l'Europe centrale situé entre le Benelux et la France à l'ouest, la mer du Nord, le Danemark et la mer Baltique au nord, la Pologne et la République tchèque à l'est et la Suisse et l'Autriche au sud. On distingue en Allemagne plusieurs grands espaces : la grande plaine du Nord, les montagnes moyennes du centre (Mittelgebirge), le plateau bavarois et la vallée du Danube au Sud. Le pays est traversé par plusieurs grands fleuves, dont le Rhin, le Danube et l'Elbe.

État-nation unifié tardivement, l'Allemagne a connu des frontières instables, bouleversées plusieurs fois à la suite de guerres avec les pays voisins. Divisée entre 1961 et 1990, l'Allemagne réunifiée est le pays le plus peuplé de l'Union européenne. À l'inverse de la Grande-Bretagne ou de la France, aucun centre ne domine le réseau urbain. La population se répartit dans plusieurs pôles dont la Ruhr, la région Rhin-Main avec la ville principale de Francfort, les villes de Berlin, Hambourg et Munich et plusieurs métropoles secondaires.

La période suivante est marquée par l’établissement d’un empire germanique (Xe siècle) qui se décompose rapidement en principautés quasiment autonomes. Au XIIIe siècle, les chevaliers teutoniques se lancent dans la colonisation de l'Europe de l'Est, en particulier de la Prusse-Orientale. Au XVIIIe siècle, des populations germaniques luthériennes s'installent sur la Volga à l'invitation de la tsarine Catherine II pour fuir les persécutions religieuses. Ils constituent la communauté des Allemands de la Volga.

Il faut attendre le XIXe siècle pour que les Allemands se sentent appartenir à une nation et 1871 pour que l’Empire allemand soit unifié par la Prusse. À la fin du XIXe siècle, le Reich de Guillaume Ier mesure 541 000 km², y compris l'Alsace-Lorraine. C’est aussi à cette époque que l’Allemagne connaît des bouleversements profonds : l’entrée dans la transition démographique provoque une forte croissance démographique. 5,5 millions d'Allemands émigrent aux États-Unis à partir de la famine de 18153 . Ensuite, l’Empire allemand connaît la révolution industrielle qui affecte surtout la région Rhin-Ruhr (charbon, lignite). Enfin, les grandes agglomérations se développent.

En 1918, l’empire allemand est vaincu par les Alliés au terme de la Première Guerre mondiale. Avec le traité de Versailles (1919), le territoire allemand est amputé à l'ouest du Territoire du Bassin de la Sarre, de la Posnanie et du couloir de Dantzig dans sa partie orientale. Des milliers d’Allemands de Pologne et des Sudètes s’installent dans les nouvelles frontières du pays. Adolf Hitler arrive au pouvoir en 1933 et rêve d’agrandir l’Allemagne suivant l’idéologie de l’espace vital. Il souhaite récupérer les régions perdues en 1918 et refonder un Reich puissant. Il dote l’Allemagne d’un réseau moderne d’autoroutes.

L'Allemagne, officiellement République fédérale d'Allemagne (Die Bundesrepublik Deutchland), est située en Europe de l'Ouest et a pour capitale Berlin. Elle est bordée par dix pays européens, que sont le Danemark, la France, la Pologne, l'Autriche, la République tchèque, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Le pays occupe donc une place particulière en Europe, étant à la charnière de l'Europe occidentale et centrale. Ses frontières maritimes sont seulement au nord, avec la mer du Nord (au nord-ouest) et la mer Baltique (au nord-est). Le pays qui est l'une des plus grandes puissances mondiales, est un élément essentiel de la communauté européenne, et grâce à sa géographie particulière est au cœur même de l'Europe centrale.

 Son territoire est plus continental que maritime, et le littoral porte d'ailleurs les marques des marées-tempêtes qui jadis (aux XIe et XVIe siècles) ont détaché des terres du tronc principal qui forment maintenant des îles (Frise), le golfe de Dollart et de Jade.

 Son territoire, qui s'étend sur 357 027 km², offre un relief typique européen. Au nord, on trouve la grande plaine du Nord ; le centre est quant à lui recouvert de vieilles montagnes (Mittelgebirge) abîmées par des milliers d'années d'érosion, et ayant donc une altitude peu élevée ; enfin, le sud est pourvu d'un bassin sédimentaire, du plateau bavarois et d'un massif alpin : les Alpes. Sa terre riche et fertile résulte de la traversée du territoire par plusieurs fleuves, dont le Rhin qui se rend tout droit en mer Noire après un périple sur les frontières suisses et françaises et en Pays-Bas ; le Danube, qui prend source en Forêt Noire et traverse la Bavière avant d'aller tout droit en Autriche et Europe centrale avant de finir sa course comme son voisin, en mer Noire ; ou encore l'Elbe, qui après être passée en Saxe, fait un détour par Hambourg et se jète dans les bras de la mer du Nord.

 L'Allemagne est le pays le plus peuplé de l'Union européenne avec 82,18 millions d'habitants (en 2000). Ce pays fortement urbanisé et semi-urbanisé possède une forte concentration de sa population dans les grandes villes, telles que Berlin, Munich ou Hambourg.

 À côté de ces grands centres urbains, l'Allemagne offre une campagne riche d'une faune et d'une flore extraordinaires. Le mont Zugspitze, le sommet le plus haut du pays (2962 mètres) situé dans les alpines offre notamment de très stimulantes randonnées en été, et de parfaites pentes de ski en hiver. Il ne faut pas non plus oublier son panorama exceptionnel sur la campagne avoisinante. L'île de Sylte et le parc national de Wattenmeer, très réputés, offrent 38 kilomètres de plages de sable fin et doré, un délice pour la farniente. La Forêt Noire, lieu des nombreuses légendes des frères Grimm et des mythes en tout genre, permet, outre l'hypothétique chance d'apercevoir une fée ou un lutin, de se plonger au cœur d'une flore verdoyante et odorante et d'une faune sauvage atypique ; la douce odeur des sapins côtoie le chant des oiseaux sauvages…qui sont voisins de grands châteaux allemands ou de stations thermales renommées.

 Son climat est très doux et tempéré, avec des influences océaniques et continentales significatives. Le pays est une zone climatique de transition entre l'Europe océanique et l'Europe continentale. Le littoral, qui subit des tempêtes notamment en février, est souvent frappé, comme le reste du pays, par des masses d'air froid venant tout droit de Sibérie. Les zones montagneuses (Alpes et massifs hercyniens) sont soumises à de régulières précipitations et à des chutes de neige en hiver. Quant à l'Est, on y trouve de fréquents orages d'été et des amplitudes thermiques accentuées.

 Malheureusement, le pays, qui produit le plus de richesses en Europe, a également l'une des industrialisations les plus vieilles d'Europe. Ajoutez à cela la forte densité, il en résulte un environnement particulièrement touché. La pollution a déjà entraîné la disparition de nombreux espaces forestiers, et les fleuves (sauf le Rhin, dû a une organisation particulière) ont été extrêmement pollués et ont perdu la qualité de leur eau. Cependant, le pays, désireux de faire des efforts, a récemment arrêté l'énergie nucléaire civile et se concentre sur la production d'énergie éolienne, dont il est le principal producteur (en 2006).

Superficie : 356 700 Km2. Population : 82 millions d’habitants dont 2,5 millions d’immigrés.

Densité : 230 hab/km2. Depuis 1973, l’entrée est interdite aux étrangers autres que ceux de la CEE. Villes principales. Berlin (capitale) : 3 400 000 hab. Munich : 1 200 000 h. Cologne : 950 000 hab. Francfort : 636 000 hab.Stutgart : 570 000 hab. Brème : 540 000 hab. Duisbourg, Leipzig, Hanovre, Dresde, Nuremberg : 500 000 hab.

Extrême sud : Alpes bavaroises (2 962 m). Sud : plateau bavarois des préAlpes (1 214 m).

Sud-ouest ; Forêt Noire d’origine hercynienne favorable à l’élevage laitier.

Centre Ouest : cultures fourragères dans la plaine du Rhin, massif schisteux, vallée de la Moselle, bassin de Cologne. Centre Est : prolongation des massifs hercyniens favorables à l’élevage et aux céréales dans le bassin de la Weser. Nord : grande plaine morainique bordée par des terrasses de lœss avec des cultures de blé. Extrême NO: polders sur la mer du Nord.

Extrême nord-est : dépôts glaciaires. Bassins de Cologne et de Westphalie urbanisés.

Fleuves : Rhin (865 km), Elbe (725 km), Danube (650 km), Main (520 km), Moselle (240 km), Oder (160 km).

Politique : République Fédérale : 16 Länder. Président de la République (Horst Köhler) élu pour cinq ans. Chancelier (Gerhard Schröder) : responsable devant le Bundestag. Bundestag : 672 membres élus pour quatre ans au suffrage universel direct. Bundesrat : 68 membres nommés par les gouvernements des 16 Länder.

Langue parlée : allemand

GEOGRAPHIE PHYSIQUE

Le relief de l'Allemagne

Le relief allemand est largement marqué par la glaciation de Würm. Ainsi il s'organise de façon simple : au sud de la Bavière, les Alpes constituent la marche la plus haute ; cependant les montagnes restent moins élevées (moins de 3 000 mètres) que dans les pays limitrophes. Puis on traverse une zone d'altitude modeste (moins de 1 500 mètres) avec des massifs hercyniens érodés (Mittelgebirge ou « montagne moyenne »), traversés par des cours d'eau encaissés (Rhin, Danube et leurs affluents). Cette région est riche en minerais de toutes sortes (uranium, fer, charbon, etc.) qui ont alimenté une industrie remontant parfois au Moyen Âge. Elle est semée d'intrusions d'origine volcanique comme l’Eifel ou le Rhön. Les principaux massifs sont le Massif Schisteux Rhénan, les Monts Métallifères et le Hartz. Le fossé rhénan est soumis au risque sismique. Sur la bordure septentrionale des Mittelgebirge se trouve la région des Börde, rendue fertile par les dépôts de lœss.

Enfin, tout le nord du pays est formé de la Plaine d'Allemagne du nord. On y rencontre des paysages de collines, de lacs, de marécages et de chenaux postglaciaires. Sur la côte de la mer Baltique, de nombreux abris naturels ont permis l'aménagement de ports depuis le Moyen Âge. Sur le littoral de la mer du Nord, la Frise est un archipel d’îles sableuses exposées aux courants marins.

La flore d'Allemagne

L’arbre et la forêt jouent un rôle fondamental dans la civilisation allemande, ce qui explique notamment le rôle considérable de la couleur verte. Mais la forêt a inspiré aussi de nombreux poètes et écrivains germanophones, épanchant leur mélancolie à travers de magnifiques descriptions bucoliques. La protection de l’environnement (Umweltschutz) est un thème important dans la vie des Allemands, d’où le rôle non négligeable des partis écologistes. Les forêts, où abondent champignons et fruits des bois, occupent 31 % de la superficie du pays. Les espèces d’arbres les plus représentées sont les conifères – le sapin de Noël est une tradition allemande ! – puis viennent les chênes et les hêtres. Le Waldsterben (la mort de la forêt), dû aux pluies acides, est devenu un drame national. D’importantes mesures de sauvegarde de la forêt ont été prises, surtout dans le Schwarzer Dreieck, « triangle noir » en matière écologique à la frontière germano-polono-tchèque. L’Allemagne est l’un des pays européens les plus concernés par la défense de la nature. Son territoire ne compte pas moins de treize parcs nationaux, 14 réserves naturelles et 80 parcs régionaux.

La faune d'Allemagne

L’Allemagne abrite une faune riche en animaux sauvages. On croisera le plus souvent dans les forêts de grands mammifères comme les daims, les cerfs et les chevreuils. Les sangliers sont très nombreux, tout comme les écureuils et les renards qui sont souvent habitués à la présence humaine. On trouve encore quelques chamois dans la région de la Suisse saxonne, et des castors aux alentours des fleuves comme l’Elbe et l’Oder dans la partie est du pays. Dans cette même région vivent encore des chats sauvages ainsi que des loups. A la campagne, les lièvres, les blaireaux, les belettes et les souris ne sont pas rares. Sur les bords des mers du Nord et Baltique, il est courant de voir des mouettes, tandis que les aigles de mer sont en voie d’extinction. Les bas-fonds marins (Wattenmeer) sont d’excellents observatoires ornithologiques en bord de mer. L’Est regorge de faucons et de grues, et dans toutes les forêts du pays vous entendrez le chant des oiseaux, comme celui du pic-vert.

L' Allemagne et Berlin en 4 morceaux

 

 

Durant les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale et lors de la conférence de Yalta (4 au 11 février 1945), les Alliés décident des modalités d'occupation de l'Allemagne. Elle sera divisée en quatre zones d'occupation, sous administrations soviétique, américaine, britannique et française.

 Berlin, capitale déchue de l’ancienne Allemagne nazie, d'abord totalement occupée par l'Armée rouge, est ensuite partagée en quatre secteurs. Les districts Ouest de la ville sont laissés aux Occidentaux et ceux de l’Est sont gérés par les Russes.

A l’issue d’une longue dégradation des relations entre les quatre occupants de l’Allemagne, Staline décide de couper toutes les communications entre Berlin-Ouest et l'Allemagne de l'Ouest. Objectif : pousser les Alliés à renoncer à l'occupation de la ville.

Le blocus de Berlin

Dans la nuit du 12 au 13 août 1961, les autorités de la République démocratique allemande (RDA) commencent à couler du béton et à tendre des barbelés sur la ligne qui sépare à Berlin la zone sous occupation soviétique de la zone sous occupation américaine, anglaise et française. En interdisant la libre circulation entre les deux parties de la ville, les Soviétiques veulent stopper l'émigration des citoyens est-allemands et asphyxier économiquement Berlin-Ouest. Le "mur de la honte" tombera le 9 novembre 1989, annonçant la chute du communisme en Europe et l’effondrement de l’URSS.

La construction du Mur


La séparation de l'Allemagne et de Berlin en deux territoires distincts, de par leurs systèmes économique et monétaire, administrés à présent par des représentations politiques divisées et antagonistes ne pouvait que conduire, dans un climat d'affrontement idéologique croissant, à la création, en 1949, de deux états allemands. Ainsi furent créés la République Fédérale Allemande (RFA) le 7 septembre 1949 et la République Démocratique Allemande (RDA) le 7 octobre 1949. L'Allemagne fut donc divisée en deux pays pendant 41 ans, soit jusqu'à la réunification du 3 octobre 1990.

Réunification de l'Allemagne (3 octobre 1990)

Un an, presque jour pour jour, après la décision de la République démocratique d'Allemagne (RDA) d'ouvrir sa frontière vers l'Ouest, la population allemande est officiellement réunifiée au sein d'un seul État. Cette proclamation met fin à l'existence de la RDA, fondée le 7 octobre 1949.

 Des réformes démocratiques ont été adoptées en RDA depuis 1989, dont la tenue d'élections, le 18 mars 1990. Mais le mouvement vers la réunification se poursuit tout au long de l'année, stimulé entre autres par le mouvement d'exode vers l'Ouest qui se continue. Des dossiers épineux, comme les modalités d'une union monétaire et la participation d'une Allemagne réunifiée à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), sont réglés au cours des mois qui suivent. Le traité de Moscou, signé en octobre, fixe avec les quatre puissances d'occupation d'après-guerre - États-Unis, Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), Royaume-Uni, France - les frontières de la nouvelle Allemagne. La réunification, proclamée le 3 octobre, donne lieu à des fêtes grandioses. Les cinq provinces (Land) est-allemandes et Berlin sont intégrés à la République fédérale d'Allemagne (RFA) qui compte 78,4 millions d'habitants. Un des artisans de ce projet, le chancelier Helmut Kohl, sera reporté au pouvoir lors des législatives du 2 décembre 1990.

L’évolution de l’Allemagne d’aujourd’hui

Aborder la géographie de l’Allemagne présente certaines difficultés. Comment, en particulier, définir ce pays? L’Allemagne n’existe que depuis 1990 dans ses frontières politiques actuelles. Avec une superficie totale de 356.974 km2 (un tiers de l’Ontario), l’Allemagne arrive au cinquième rang des pays européens, derrière l’Ukraine, la France, l’Espagne et la Suède. Avant la Première Guerre mondiale (1914-1918), sa superficie [2] était de 540.657 km2. Au sortir de cette guerre, l’Allemagne a perdu 10 % de ses territoires, principalement au sud-ouest, où l’Alsace-Lorraine a été cédée à la France, et au nord, où certains territoires reviennent au Danemark. Les pertes les plus importantes se situent à l’est: la Prusse occidentale et la Posnanie sont rattachées à la Pologne. Après la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), les changements territoriaux sont encore beaucoup plus dramatiques. Les territoires orientaux du Reich hitlérien situés au-delà des fleuves Oder et Neisse reviennent à la Pologne et en partie à l’Union soviétique. Le reste du Reich est divisé en quatres zones d’occupation contrôlées par les Alliés (USA, France, Grande-Bretagne et Union soviétique). En 1949, deux Etats allemands sont fondés sous leur contrôle: la République fédérale d’Allemagne (RFA = Allemagne de l’Ouest, 248.890 km2, capitale Bonn et la République démocratique allemande (RDA = Allemagne de l’Est, 108.084 km2, capitale Berlin-Est) L’ancienne capitale du pays, Berlin, est partagée en deux moitiés, Berlin-Ouest et Berlin-Est.

Définir l’Allemagne devient même encore plus difficile lorsque l’on remonte à l’histoire ancienne. Le pays doit son nom aux tribus germaniques qui vivaient il y a des centaines, si ce n’est des milliers d’années, dans de vastes parties de l’Europe du Nord et centrale. Lorsque les Romains conquirent l’Europe centrale au début du premier siècle apr. J.-C., ils établirent la distinction entre la Germanie supérieure (Germania superior) et la Germanie inférieure (Germania inferior), mais aucune des deux régions n’avait à voir avec ce qui deviendra beaucoup plus tard l’Allemagne. Pendant le moyen âge, le Saint Empire Romain Germanique ne fut rien d’autre qu’une infinie mosaïque de royaumes, de principautés, d’Etats ecclésiastiques et/ou d’entités politiques plus ou moins indépendants, vaguement reliés entre eux sous l’autorité de l’Empereur germanique.

En conséquence, le célèbre cosmographe Sebastian Münster n’a pas décrit au 16e siècle l’Allemagne comme un pays, mais comme une partie de l’Europe centrale où l’on parlait l’allemand. 200 ans plus tard, Anton Friedrich Buesching, l’un des plus éminents géographes du 18e siècle, affirmait que la nation allemande en tant qu’unité politique n’avait rien à voir avec ce qui pouvait être considéré comme étant l’Allemagne en termes géographiques. Ce n’est qu’en 1871 que l’Empire allemand [3] a été fondé en tant que nation unifiée sous le célèbre chancelier Bismarck. A peine 50 ans plus tard, après 1918, lui succédait la République de Weimar, suivie du Troisième Reich, après l’accession au pouvoir de Adolf Hitler en 1933. Chacune de ces entités a eu sa propre constitution, a fonctionné selon des formes particulières. Il n’est donc pas surprenant que l’Allemagne d’aujourd’hui ne puisse être comprise comme une unité parfaite et homogène. L’histoire nous montre qu’il existe une multitude de cultures, de langues, de modèles économiques différents, sans parler des différences régionales de religions, suivant le principe historique "cujus regio, ejus religio" (celui qui détient le pouvoir décide de la religion).

L’Allemagne est située au centre de l’Europe de l’Ouest et, depuis la réunification, en 1990, a une frontière commune avec 9 pays limitrophes [4]: le Danemark au nord, les Pays Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France à l’ouest, la Suisse et l’Autriche au sud, la République tchèque et la Pologne à l’est. La longueur totale de ses frontières est de 3758 km, sans compter les rivages de la mer du Nord (Nordsee), de la mer Baltique (Ostsee) et du Lac de Constance (Bodensee). L’une de ses plus longues frontières est celle qui longe la République tchèque: près de 811 km. C’est aussi l’une des plus anciennes d’Europe centrale: créée au moyen âge, elle séparait à cette époque l’Allemagne de ce qui était alors le Royaume de Bohême.

L’Allemagne d’aujourd’hui est un Etat fédéral comprenant 16 Länder [5] (provinces), dont trois Villes-Etats. Depuis la réunification, on parle souvent de ces Etats comme des

• anciens Länder, c’est-à-dire ceux qui font partie de l’ancienne RFA, et des

• nouveaux Länder, les régions de l’ancienne RDA, redéfinies et rattachées aux anciens Länder en 1990.

Les trois Villes-Etats sont Hambourg, Brême et Berlin. Les 13 autres Länder (du nord au sud, les nouveaux Länder en caractères gras) sont les suivants: le Schleswig-Holstein, le Land de Mecklembourg-Poméranie occidentale (en allemand: Mecklenburg-Vorpommern), le Brandebourg, la Basse-Saxe (Niedersachsen), la Saxe-Anhalt (Sachsen-Anhalt), la Saxe (Sachsen), la Thuringe (Thüringen), la Hesse (Hessen), la Rhénanie du Nord-Westphalie (Nordrhein-Westfalen), le Land de Rhénanie-Palatinat (Rheinland-Pfalz), la Sarre (Saarland), le Bade-Wurtemberg (Baden-Württemberg) et la Bavière (Bayern). Les frontières politiques des Länder ne correspondent qu’en partie aux démarcations historiques, ce qui signifie que les Länder ne représentent pas des unités homogènes. Dans la plupart des cas, les frontières ont été définies par les Alliés lorsque les deux Etats ont été fondés. Cependant, les Länder ont chacun leurs particularités, même si celles-ci peuvent apparaître quelquefois comme des clichés. L’exemple du Bavarois buveur de bière n’est que trop connu.

Il existe des différences frappantes entre les Länder quant à leur taille et population respectives. La Ville-Etat de Brême, le plus petit d’entre eux, ne couvre que 404 km2. A l’autre extrémité du pays, la Bavière a une superficie de plus de 70.000 km2, presque autant que les trois Länder voisins, le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat et la Hesse, pris ensemble. Il en va de même pour la population, dont les chiffres varient entre 0,68 millions (Brême) et près de 18 millions (Rhénanie du Nord-Westphalie). Le nombre total d’habitants [6] en Allemagne s’élève à un peu plus de 82 millions (chiffres de 1997). La superficie totale de l’Allemagne, près de 357.000 km2, correspond à 4 % seulement de celle des sols canadiens, tandis que sa population est presque trois fois plus élevée que celle du Canada. L’Allemagne est donc l’un des pays présentant la plus forte densité de population [7] en Europe. Cependant, la répartition démographique est très inégale. Il y a des différences significatives entre les Länder situés à l’ouest et ceux de l’est, autant qu’entre le nord et le sud, ou les régions urbanisées et les zones rurales. Près de 68 millions de personnes vivent dans les 11 anciens Länder [8] et seulement 14,1 millions dans les 5 nouveaux Länder [9]. Par conséquent, la densité de population n’est à l’est que de 145 personnes par km2, tandis qu’elle s’élève à l’ouest (ancienne RFA) à 261 p./ km2. Près d’un tiers de la population totale vit dans les 84 villes de plus de 100.000 habitants. 7,3 millions de personnes seulement vivent dans des petites villes ou villages de moins de 2000 habitants (cf. Sperling, 1997, p.41).

Ces quelques remarques préliminaires montrent déjà combien il est difficile de définir l’Allemagne comme une entité politique et géographique. Toute comparaison avec l’évolution historique et les dimensions géographiques du Canada révèle d’importantes différences.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : mercredi 26 septembre 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×