Géographie de la Belgique

wikipedia-1.jpgdada-cam2.jpg  

Royaume de Belgique

Koninkrijk België

Königreich Belgien

Robert ANDRIANTSOA

rabandriantsoa@yahoo.fr

La Belgique, appelée officiellement Royaume de Belgique, en néerlandais België et Koninkrijk België, en allemand Belgien et Königreich Belgien, sous l'ancien régime Belgica ou Belgica Regia est un État fédéral5 d’Europe de l’Ouest. Elle est un des six pays fondateurs de l'Union européenne dont elle accueille, dans sa capitale Bruxelles, les principales institutions (le Conseil européen, le Conseil de l'Union européenne et la Commission européenne), ainsi que celles d'autres organisations internationales comme l'OTAN, Eurocontrol ou les ACP. La Belgique couvre une superficie de 30 528 km2 avec une population de plus de onze millions d'habitants.

La Belgique est entourée par les Pays-Bas, l’Allemagne, le Luxembourg, la France et la mer du Nord. Elle s’étire sur une distance de 318 kilomètres entre La Panne et Arlon. Son relief est peu élevé : il s'étage graduellement vers le sud-est pour culminer à 694 m au signal de Botrange.

Devise nationale : « L'union fait la force » (français, version originale) : « Eendracht maakt macht » : (néerlandais) : « Einigkeit macht stark » (allemand) - Langues officielles : néerlandais, français, allemand - Capitale : Bruxelles

- Forme de l’État :

pdt-belgique-albert-ii.jpgpdt-belgique-pm-yves-leterme-1.jpg

Monarchie parlementaire fédérale  - 6e roi des Belges : Albert II, Actuellement en fonction Depuis le 9 août 1993 (18 ans, 4 mois et 9 jours) - 40e Premier ministre belge (68e chef du gouvernement) : Elio Di Rupo, Actuellement en fonction Depuis le 6 décembre 2011

- Superficie : 30 528 km2 - Population : 11 007 020 hab. (2011) - Densité : 360,35 hab./km2 - Indépendance : - De l'Autriche - De la France - Des Pays-Bas - Reconnue : 1790, 1814, 1830, 1839 - Monnaie : Euro (EUR) - Fuseau horaire : UTC +1 (été +2) - Hymne national : La Brabançonne.

Géographie

La géographie de la Belgique est l'ensemble des réalités physiques, humaines, biologiques qui constituent la Belgique. C'est un pays de l'Europe de l'Ouest ayant une frontière commune avec les Pays-Bas, l'Allemagne, la France et le Luxembourg. Elle est bordée au nord-ouest par la mer du Nord. Elle s'étend sur 290 km, de la frontière franco-belge près de La Panne à la frontière belgo-luxembourgeoise près d'Arlon.

Situation

Le Royaume de Belgique se situe dans l'Hémisphère nord et à l'est du méridien de Greenwich (latitude nord et longitude est). Il s'étend en latitude sur 2 degrés, de Meerle au nord (51 °30') à Torgny au sud (49 °30'), et compte moins de 4 degrés en longitude, de La Panne comme point le plus à l'ouest (2 °33') à Manderfeld à l'est (6 °24'). Son centre géographique se situe à Nil-Saint-Vincent, dans le Brabant wallon, à 50 °38' de latitude nord et 04 °40' de longitude est. Il s’étire sur une distance maximale de 318 kilomètres entre La Panne et Arlon.

La Belgique partage ses frontières avec la France (645,6 km) au sud, les Pays-Bas (459,6 km)7 au nord, l'Allemagne (153,4 km)8 et le Luxembourg (150,4 km) à l'est et possède 73,1 km de frontières maritimes9 le long de la Mer du Nord. La superficie du pays est de 30 528 km² ; et de 33 990 km² en ajoutant les eaux territoriales10. La Belgique a une longueur maximale de 282 kilomètres d'est en ouest et de 145 kilomètres du nord au sud.

Relief et climat

Son relief est peu élevé : il s'étage graduellement de la côte vers le sud-est du pays, pour culminer à 694 m au signal de Botrange. Trois zones géographiques peuvent être distinguées : la basse Belgique (moins de 100 m d'altitude), la moyenne Belgique (de 100 à 200 m) et la haute Belgique (de 200 à plus de 500 m). La basse Belgique commence après le littoral, une bande de plages de sable et de dunes, par des polders pour s'enfoncer à l'intérieur des terres avec la plaine flamande et la Campine. La moyenne Belgique s’élève progressivement vers les vallées de la Sambre et de la Meuse, c'est une zone qui se compose de bas plateaux limoneux fertiles avec à l'ouest le plateau hennuyer-brabançon et à l'est la Hesbaye. Au sud du sillon Sambre-et-Meuse commence la haute Belgique, la région la moins peuplée et la plus boisée du pays, avec le plateau du Condroz et les vallées de la Meuse et de l'Ourthe. Il y a aussi le pays de Herve qui s'étend à l'est entre la Meuse et la Vesdre, puis la région de la Fagne-Famenne au sud du Condroz, et ensuite encore plus au sud l'Ardenne et à l'est les Hautes Fagnes qui culminent à 694 m au signal de Botrange. Il y a également la Gaume, ou Lorraine belge, qui jouit d'un climat plus clément, surtout au flanc de la troisième cuesta où l'on cultive même la vigne. Le climat est océanique tempéré avec des précipitations régulières, 200 jours de pluie par an en moyenne11, et fréquentes sur toute l'année (Cfb dans la classification de Köppen). Les vents dominants soufflent du secteur sud-ouest.

 

Géographie humaine

Langues

Le pays, rencontre des cultures germanique et romane, comprend différentes communautés linguistiques et culturelles. Les trois langues officielles sont le néerlandais, le français et l’allemand. Elles sont placées sur un pied d’égalité au niveau fédéral. Parmi les différentes régions, seule la Région de Bruxelles-Capitale (habitée par près de 10% de la population) est officiellement bilingue (français et néerlandais). La Région flamande (habitée par près de 58% de la population), située au nord-ouest, est officiellement unilingue néerlandophone. La Région wallonne (habitée par plus de 32% de la population), située au sud-est, est officiellement unilingue francophone, à l'exception de la région de la Communauté germanophone de Belgique, laquelle comprend 75 000 personnes, soit moins d'un pourcent de la population belge. Des minorités linguistiques sont présentes dans les régions unilingues, leurs importances respectives ne peuvent être qu'estimées, les recensements linguistiques étant interdits par la loi en Belgique. Les néerlandophones représenteraient 57 % à 60 % de la population belge, et les francophones 40 % à 43 %14. En même temps que les langues officielles, sont parlées des langues régionales endogènes ou des dialectes. Il s’agit du brabançon, du champenois, du flamand occidental, flamand oriental, du francique ripuaire, du limbourgeois, du lorrain, du luxembourgeois, du picard et du wallon. La diversité linguistique provoque souvent des conflits politiques, liés à d’autres enjeux (la position arithmétiquement minoritaire des francophones, celle, plus socioculturelle de la langue néerlandaise au départ, la francisation de Bruxelles, la politique étrangère de l’entre-deux-guerres, les problèmes économiques wallons, surtout à partir des années 1960, etc.), qui ont engendré un système de gouvernance complexe.

Démographie

Au 31 décembre 2007, la Belgique comptait 10.666.866 habitants. Parmi eux 1.380.323 étaient nées à l’étranger, ce qui représente 12,9% de la population totale dont 695 307 (6,5%) nés dans un pays de l'UE 27 et 685 016 (6,4%) nés hors de l'UE 2715.

En Belgique il y a environ 78% (8 300 000) de Vieux Belges et 2 700 000 habitants d'origine étrangère. Ceux-ci représentent 22% de la population totale. 56% (1 313 000) de ces Nouveaux Belges sont d'origine européenne (Italie, Portugal, France, Pays-Bas), et 44% (950 000) sont d'origine non-européenne (Maroc, Turquie, Congo et autres)16.

Population : 11 007 020 habitants (2011) (urbaine à 97,3 %). Le pays est 79e au classement mondial par population totale
Densité : 359,94 hab./km² (2010)
La densité de population est la troisième plus importante de l'Union européenne, après celle de Malte et des Pays-Bas et avant le Royaume-Uni et l'Allemagne.

Religion

Article détaillé : Religion en Belgique.

La liberté de religion est inscrite dans la Constitution. C'est un pays de tradition catholique romaine, mais l'influence de l'Église et de la religion catholique sur la société belge a connu un déclin marqué. De fait, le nombre de fidèles dans les églises diminue depuis les années cinquante19.

La religion catholique reste cependant la plus répandue. D’autres, telles que l’islam, le protestantisme, le judaïsme et christianisme orthodoxe sont pratiquées en Belgique.

La Belgique subventionne les églises et les organisations philosophiques non confessionnelles reconnues sur son territoire. Cette particularité est inscrite dans l'article 181 de la Constitution belge :

« Les traitements et pensions des ministres des cultes sont à charge de l'État ; les sommes nécessaires pour y faire face sont annuellement portées au budget. (…)20 »

À ce titre, l'État belge a dépensé en 2003 :

  • culte catholique romain : 458,62 millions d'euros
  • laïcité organisée : 75,36 millions d'euros
  • culte islamique : 20,33 millions d'euros
  • culte protestant évangélique : 18,80 millions d'euros
  • culte israélite : 3,21 millions d'euros
  • culte orthodoxe : 2,36 millions d'euros
  • culte anglican : 0,46 million d'euros

Un 7e culte pourrait être reconnu : le bouddhisme. Celui-ci est fort de 30 000 à 50 000 adeptes.

Une étude publiée le 11 septembre 2008 et réalisée par le professeur et sociologue Jan Hertogen de la Katholieke Universiteit Leuven chiffre, au moyen d'une méthodologie hypothético-déductive, que la part des musulmans au 1er janvier 2005 était de 6 % de la population avec en extremum 25,5 % dans la Région de Bruxelles-Capitale et 1,1 % dans la province de Flandre-Occidentale.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mercredi 26 Septembre 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×