Géographie d'Autriche

Robert ANDRIANTSOA

   République d'Autriche

 Republik Österreich

 

Langues officielles : Allemand

Capitale : Vienne

Forme de l’État : République fédérale

 Président fédéral : Heinz Fischer

 

 Chancelier fédéral : Werner Faymann

Superficie (Classé 112e) : 83 871 km2

Population (Classé 93e) : 8 217 280 hab (2011)

- Densité : 97,8 hab./km2

Monnaie : Euro (EUR)

Hymne national : Land der Berge, Land am Strome

L’Autriche ou République d’Autriche, en forme longue, (Österreich et Republik Österreich en allemand), est un pays d’Europe centrale, sans accès à la mer. Elle est entourée, dans le sens des aiguilles d'une montre, par l’Allemagne et la République tchèque au nord, la Slovaquie et la Hongrie à l’est, la Slovénie et l’Italie au sud, et par la Suisse et le Liechtenstein à l’ouest. L'Autriche est membre de l’Union européenne (UE) et de la zone euro. Sa langue officielle est l'allemand, mais elle reconnaît aussi par la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires : le croate, le hongrois et le slovène.

Géographie

Les trois plus grandes villes sont, dans l'ordre, Vienne, Graz et Linz.

Les Alpes occupent les deux tiers de la surface au sol de l'Autriche. Le point le plus haut est le Grossglockner, qui s'élève à 3 797 mètres.

Le fleuve le plus long est le Danube, qui traverse également l'Allemagne, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Bulgarie, la Roumanie, la Moldavie et l'Ukraine. Son parcours en Autriche s'étend sur 350 km.

Démographie[modifier]

Article détaillé : Démographie de l'Autriche.

Avec une population estimée à 8 292 322 habitants fin septembre 2006, l’Autriche affiche une croissance de plus de 280 000 résidents depuis fin décembre 2000.

La croissance fut de 53200 habitants en 2005. Le taux moyen de 0,66 % observé en 2004-2005 était cinq fois supérieur au taux fort bas affiché au milieu des années 1990.

Mais, à l’instar de tous ses voisins, le pays fait en réalité partie du groupe de pays d’Europe centro-méridionale à bas taux de fécondité (1,41 en 2005). L’excédent des naissances est très faible (de -1 000 à + 5 000 personnes ces dernières années) et dû totalement à l’excédent naturel des étrangers. La totalité de l'accroissement de la population constaté est dû à une nouvelle vague d’immigration. Sur 78 000 naissances en 2005, plus de 9 000 étaient de nationalité étrangère, et bien plus encore en comptant les naissances liées à des parents immigrés ou étrangers fraîchement naturalisés. Le flux d’immigration nette a dépassé 50 000 personnes en 2004 comme en 2005 et cela malgré l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir dès la fin des années 1990. Le niveau des acquisitions de la nationalité autrichienne est élevé, surtout chez les jeunes et a atteint près de 35 000 étrangers en 2005, après des années 2003 et 2004 records (44 694 et 41 645). L´Autriche interdit cependant de travailler aux citoyens qui n´ont pas de nationalité de l´UE, afin de freiner l´immigration.

L'espérance de vie en Autriche s'élève à 82,1 ans pour les femmes et à 76,4 ans pour les hommes.

Infrastructures[modifier]

Transports[modifier]

L’infrastructure de transports autrichienne est liée directement à sa situation, d’une part au sein des Alpes, et d'autre part à sa situation de carrefour du centre de l’Europe centrale, que ce soit du point de vue des liaisons routières autant que ferroviaires. L'aménagement de voies de communication dans les Alpes nécessite de nombreux tunnels et ponts ayant pour caractéristiques de devoir résister à des conditions météorologiques extrêmes. Du fait de sa situation centrale, l’Autriche constitue un pays de transit, principalement pour les axes Nord-Sud et Nord-Sud-Est, et depuis la chute du rideau de fer également pour l'axe Est-Ouest. Cela implique ainsi un net surdimensionnement des voies de communication, notamment dans des zones écologiques sensibles, soulevant souvent des protestations de la part de la population.

Pour faire face à cette difficile combinaison d'intérêts à la fois économiques et écologiques, certaines mesures ont été rendues nécessaires, contribuant à faire de l'Autriche un pays aux avant-postes de la protection environnementale. La république alpine a par exemple très tôt imposé l'utilisation de pots catalytiques sur les véhicules motorisés. Certaines voies de circulation ne sont ouvertes qu’aux camions à la nuisance sonore réduite. Diverses dérégulations ont toutefois entraîné, principalement parmi certaines populations telles que celles de la vallée de l’Inn, un sentiment d'être oubliées par les instances de régulation agissant aux niveaux nationaux et internationaux, notamment par l’Union européenne.

Transport routier[modifier]

Le réseau routier autrichien se compose actuellement de :

• 47,59 % d’autoroutes (Autobahnen) et voies rapides ;

• 47,59 % de routes à caractère prioritaires (anciennement routes fédérales ou Bundesstraßen) ;

• 25 000 km de routes régionales (Landesstraßen) ;

• 70 000 km de routes communales (Gemeindestraßen).

Le réseau routier est entretenu principalement par l’État. Une taxe sur les véhicules existe sur le réseau autoroutier, sous la forme de vignette obligatoire (73 € en 2007 pour une vignette annuelle). Les camions doivent payer une redevance kilométrique (maximum 0,273 €/km) à la société ASFINAG.

Transport ferroviaire[modifier]

La majorité du réseau ferroviaire est gérée par la société ÖBB (Österreichische Bundesbahnen). D’autres entreprises sont également présentes dans le transport ferré autrichien, détenues soit par les Länder, soit par le secteur privé.

• En 2006, près de 440 millions de passagers ont emprunté le réseau ferroviaire autrichien, soit une augmentation de 10 millions par rapport à 2005. Cette croissance rapide ainsi que des investissements insuffisants ont obligé ÖBB à louer des voitures supplémentaires auprès de ses partenaires allemands, suisses, italiens, roumains, hongrois et polonais, afin de faire face à la demande notamment lors des vacances de Noël 2006. La moyenne d'âge des voitures de l'ÖBB est de 21 ans[7].

• Le transport de camions par voie ferrée (également connu sous le terme de « transport combiné » ou « ferroutage ») est en développement rapide : la traversée du Tyrol sur rails a été utilisée par près de 110 000 camions en 2006, soit une augmentation de 130% du trafic. Grâce en partie à d'importantes subventions de la part de l'État fédéral autrichien, et selon l'ÖBB, ce mode de transport reviendrait environ 20% moins cher aux transporteurs, et permet de plus aux chauffeurs de mieux respecter leurs temps de pause réglementaires.

Un réseau de S-Bahn (équivalent aux trains RER français) n’est déployé actuellement que dans les régions entourant Vienne et Salzbourg. Graz, Linz et Innsbruck ont des projets de tels réseaux.

Vienne est la seule ville autrichienne à être équipée d’un véritable réseau de métro (U-Bahn). Certaines stations du réseau de tramway de Linz se trouvent sous terre. Les villes de Vienne, Graz, Linz, Innsbruck et Gmunden possèdent également un réseau de tramway. Le village de Serfaus, situé dans le Tyrol, possède une Luftkissenschwebebahn souterraine, parfois considéré comme le métro le plus petit au monde.

Forces armées[modifier]

Article détaillé : Armée autrichienne.

Culture[modifier]

Article détaillé : Culture de l'Autriche.

L’Autriche a donné le jour à de nombreux artistes célèbres, comme les compositeurs Wolfgang Amadeus Mozart, Franz Schubert, Johann Strauss (père et fils), Anton Bruckner, et Gustav Mahler, l'actrice Romy Schneider, les peintres Egon Schiele et Gustav Klimt, et les écrivains Arthur Schnitzler, Thomas Bernhard, Ingeborg Bachmann et Robert Musil. Beaucoup ont émigré à la fin des années 1930 [8] et ont connu la notoriété dans des pays étrangers : l'écrivain Stefan Zweig, l'historien d'art Otto Bencsh, la peintre Mariette Lydis, le compositeur Arnold Schoenberg, le musicien Erich Wolfgang Korngold, le cinéaste Max Reinhardt, la chorégraphe Margarethe Wallmann entre beaucoup d'autres.

Religions

En 2001, 73,6 % des Autrichiens étaient catholiques, 4,7 % protestants luthériens, 4,2 % musulmans, 3,5 % autres, 2 % non spécifiés et 12 % sans religion.

Personnalités

Parmi les autres Autrichiens célèbres on compte les compositeurs Franz Schubert, Anton Bruckner et Gustav Mahler, les physiciens Ludwig Boltzmann et Erwin Schrödinger, le mathématicien Kurt Gödel, les économistes Ludwig von Mises et Friedrich Hayek, les philosophes Karl Popper et Ludwig Wittgenstein, le psychanalyste Sigmund Freud, les écrivains Stefan Zweig, Robert Musil, Carl Zuckmayer, Elfriede Jelinek, Joseph Roth ou Thomas Bernhard ainsi que l’acteur et homme politique Arnold Schwarzenegger l’actrice Romy Schneider, l'acteur Christoph Waltz, l'acteur Helmut Berger, mais aussi Adolf Hitler, émigré en Allemagne en 1913, et qui demande à renoncer à sa nationalité autrichienne le 7 avril 1925[14] ou encore le père fondateur du sionisme Theodor Herzl.

Située dans les Alpes, l’Autriche est la patrie de nombreux skieurs alpins, comme Toni Sailer, Hermann Maier, Annemarie Moser-Pröll, Anita Wachter et Benjamin Raich. Avec l'EURO 2008, organisé par la Suisse et l'Autriche, les joueurs de l'équipe nationale de football ont gagné aussi en popularité, comme Andy Ivanschitz, Jimmy Hoffer ou Sebastian Prödl.

Ce petit pays démographiquement parlant a aussi donné naissance à deux champions du monde de Formule 1 : Jochen Rindt (champion en 1970 à titre posthume) et Niki Lauda (champion en 1975, 1977 et 1984).

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : mercredi 26 septembre 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site