Géographie de la Grèce

wikipedia-1.jpgdada-cam2.jpg République hellénique

Ellinikí Dhimokratía

recueillis par Robert ANDRIANTSOA (robertandriantsoa@yahoo.fr)


La Grèce ou la République hellénique, en grec ancien et katharévousa Ἑλλάς / Hellás, en grec démotique Ελλάδα / Elládha et Ελληνική Δημοκρατία / Ellinikí Dhimokratía, est un État d’Europe du Sud, situé dans l'extrême Sud des Balkans. Sa capitale est Athènes.

La Grèce, d'une superficie de 131 957 km² pour un peu moins de onze millions d'habitants, a des frontières terrestres avec l’Albanie, la Ancienne République Yougoslave de MacédoineN 1, la Bulgarie et la Turquie et des frontières maritimes avec l'Albanie, l'Italie, la Libye, l'Égypte et la Turquie, cette dernière source de contentieux. La mer Ionienne à l'ouest et la mer Égée à l'est, parties de la mer Méditerranée, encadrent le pays dont le cinquième du territoire est constitué de plus de 9 000 îles et îlots dont près de 200 sont habités. De plus, 80 % de son territoire est constitué de montagnes dont la plus haute est le mont Olympe avec 2 917 mètres.

La Grèce est membre de l’OTAN depuis 1952, de l’Union européenne depuis 1981 et de la zone euro depuis 2001.

L'histoire de la région qui constitue son territoire actuel est très riche. La Grèce antique est considérée comme le berceau de la culture européenne et de la civilisation occidentale : ce fut dans ses cités que naquirent la philosophie, la démocratie ou le théâtre. On lui doit aussi l'invention des Jeux olympiques. L’Empire byzantin, d'abord essentiellement romain s'hellénisa peu à peu pour finir par être considéré comme un empire grec, tout comme ses États successeurs : le despotat d'Épire ou le despotat de Mistra. L'influence et la présence grecques tout au long de ses périodes dépassèrent les limites du territoire actuel : cités grecques d'Asie mineure, Empire de Nicée, Empire de Trébizonde, despotat de Dobrogée au XIVe siècle ou principautés de Valachie et de Moldavie à l'époque phanariote au XVIIIe siècle.

C’est au début des années 1830 que le premier État grec indépendant de l'ère moderne vit le jour, suite à une guerre d'indépendance contre l'Empire ottoman.

Devise nationale : Ελευθερία ή θάνατος (Elefthería í thánatos) : (En grec : La liberté ou la mort) - Langue officielle :Grec moderne - Capitale : Athènes

- Forme de l’État :

pdt-grece-karolos-papoulias.jpgpdt-grece-loukas-papademos.png

République parlementaire  - 9e président de la République hellénique : Károlos Papoúlias, Actuellement en fonction Depuis le 12 mars 2005 (6 ans, 9 mois et 2 jours) - 173e Premier ministre grec (12e de la Troisième République hellénique) : Loukás Papadímos, Actuellement en fonction Depuis le 11 novembre 2011 (1 mois et 8 jours)

- Superficie : 131 957 km2 - Population : 10 787 690 hab. (2011) - Densité : 85,3 hab./km2 - Indépendance : de l’Empire ottoman - Proclamation : 1er janvier 1822 - Monnaie : Euro (EUR) - Fuseau horaire : UTC +2 - Hymne national : Ímnos is tin Elevtherían (Hymne à la Liberté).

Géographie

La Grèce est située à l'extrémité sud de la péninsule des Balkans, approximativement entre 34°48′ à 41°45′ de latitude nord et de 19°00′ à 28°30′ de longitude est. Elle a une superficie de 131 957 km² (3,3 % de la superficie de l'Union européenne). Ses côtes sont longues de 15 000 km.

Elle est formée de trois entités géographiques distinctes : la Grèce continentale, la presqu'île du Péloponnèse et les îles qui représentent un cinquième de la superficie totale du pays. Les côtes grecques sont bordées à l'ouest par la mer Ionienne et à l'est par la mer Égée où se trouvent la majorité des îles grecques. Les seules îles de l'Égée à ne pas être grecques sont Imbros et Ténédos. Le nombre d'îles en Grèce varie selon la définition choisie : 9 841 selon l'Ambassade de Grèce en France ou 3 000 dont 777 dignes d'intérêt selon certains guides7. Au recensement de 2001, 169 îles étaient habitées mais un tiers d'entre elles comptaient moins de cinquante habitants. La taille de ses îles habitées va de 3 km² pour la plus petite Délos (dont le statut est en plus particulier) à 8 263 km² pour la Crète. Aucun point de la Grèce n’est éloigné de plus de 80 km de la mer, dans le Péloponnèse et la Grèce Centrale cette distance n'est même que d'une cinquantaine de kilomètres. De fait, il n’existe pas de montagne en Grèce d’où la mer ne puisse être aperçue.

La Grèce a des frontières terrestres avec l’Albanie (216 km), la Macédoine (qu'elle reconnaît uniquement sous le nom de « Ancienne République Yougoslave de Macédoine », ou ARYM, en anglais FYROM) (245 km), la Bulgarie (474 km) et la partie européenne de la Turquie (203 km)3. Le pays a des frontières maritimes avec l'Albanie, l'Italie, la Libye, l'Égypte et la Turquie, cette dernière source de contentieux.

Relief

La Grèce est située à la rencontre des plaques tectoniques africaine et eurasiatique. Durant le mésozoïque, elle était recouverte par l'océan Téthys dont la Méditerranée est un vestige. Le rapprochement entre les plaques a créé le mouvement alpin dont les montagnes de Grèce font partie. Ce mouvement a entraîné la fracture de la plaque eurasiatique créant la plaque de la mer Égée. Il a aussi créé d'immenses nappes de charriage qui font que l'ouest de la Grèce est constitué de calcaire et flysch plissés et l'est de massifs cristallins et métamorphiques. Le mouvement tectonique se poursuit (4 cm par an) et est cause de tremblements de terre réguliers : la moitié des secousses annuelles en Europe ont lieu en Grèce. Les Cyclades (excepté le volcanisme de Santorin) sont les moins menacées par les séismes. Deux failles sont très actives : la première parcourt l'Égée d'est en ouest (de Rhodes à l'ouest de la Crète) puis remonte le long du Péloponnèse jusqu'à Corfou ; la seconde va des Dardanelles aux Sporades puis rejoint le golfe de Corinthe. Le tremblement de terre de Céphalonie et Zante du 18 août 1953 atteignit 7,2 sur l'échelle de Richter et fit 476 morts. Trois ans plus tard, Amorgos fut touchée par un séisme de magnitude 7,5 et eut à déplorer 53 morts

Le mouvement alpin et les charriages se sont accompagnés durant les trois derniers millions d'années de la création de failles nombreuses ainsi que de fossés d'effondrement envahis principalement par la mer, mais entraînant aussi la mise en place du réseau hydrographique actuel. À la fin de la glaciation de Würm, la remontée des eaux d'une centaine de mètres a dessiné les côtes actuelles, ainsi que les plaines littorales et les deltas des fleuves.

Entre 70 % et 80 % du territoire grec est montagneux, ce qui fait de la Grèce le sixième pays le plus montagneux d'Europe. Cependant, ces montagnes, plutôt massives aux pentes abruptes, sont considérées comme d'altitude « moyenne ». 43 % des communes grecques sont situées au-dessus des 800 mètres d'altitude, donc en « montagne » et 27 % sont en « semi-montagne » (entre 400 m et 800 m d'altitude). Vingt-neuf sommets dépassent les 2 000 mètres d'altitude. Le mont Olympe est le point culminant de Grèce avec ses 2 917 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Les monts du Pinde forment la chaîne centrale du pays, avec une hauteur moyenne de 2 650 mètres. Seul le col de Katara (« malédiction » en français) permet de les franchir, à 1 700 mètres d'altitude. Ils sont, avec les massifs du Parnon et du Taygète dans le Péloponnèse et des Lefká Óri en Crète, puis les îles de Karpathos et Rhodes une prolongation de l'arc alpin et des Alpes dinariques. Le nord de la Grèce présente une autre chaîne de montagnes, les monts du Rhodope, entre 1 800 et 2 300 mètres d'altitude, à cheval sur la Macédoine orientale et la Thrace.

On trouve en Grèce de nombreux canyons et autres paysages karstiques, dont les Météores et les gorges de Vikos.

Les zones de plaine ou de faible pente sont relativement rares en Grèce (20 à 30 % de la superficie)6. Les grandes plaines alluviales se trouvent principalement en Thessalie, en Macédoine et en Thrace et le long de la côte orientale du Péloponnèse. En raison des mouvements tectoniques du pliocène et du quaternaire, elles sont généralement peu étendues : la largeur de la plaine de Macédoine n'excède jamais les 100 km. Dans les plaines, l'eau a longtemps posé problème. Dans les poljés (bassins du Stymphale, de Tripoli ou du Copaïs par exemple), les katavothres (ponors) étaient (avant les travaux du XIXe siècle) incapables d'évacuer les pluies d'hiver qui créaient des lacs saisonniers et des marais. Les grandes plaines (Thessalie, Macédoine et Thrace) sont coupées par de petits reliefs montagneux qui obligent les eaux de pluie d'hiver à s'écouler dans d'étroites gorges. Avant les travaux d'aménagement, elles étaient retenues en amont des gorges, créant aussi des lacs saisonniers. D'importants travaux de drainage et irrigation ont été menés depuis le milieu du XIXe siècle et se sont accélérés d'abord dans les années 1920 puis les années 1960 afin de rendre les plaines grecques utilisables pour la culture et plus seulement l'élevage comme c'était traditionnellement le cas6,9.

Climat

La Grèce a un climat typiquement méditerranéen (hivers doux et humides et étés chauds et secs). Cependant, on trouve une variété de sous-climats liés au relief ; les chaînes du Pinde, Taygète, Parnon et Lefká Óri bloquant les influences venues de l'ouest et plus chargées en précipitations.

Les hivers sont plus froids sur le nord du pays : isotherme de janvier à 3° sur les Rhodopes, 4° sur l'ensemble des plaines du nord, 7° en Thessalie, 10° pour la Grèce centrale et la région d'Athènes et isotherme de janvier à 13° pour la Crète et les Cyclades. Cette situation est liée à l'influence des Balkans au nord et de l'Afrique au sud. Le relief joue à nouveau un rôle pour les différences de température l'été. Le nord-est reste le plus frais (isotherme de juillet à 24° pour la Thrace) mais aussi le nord-ouest (isotherme à 25° pour l'Épire et toute la côte ionienne). La Thessalie (et jusqu'à Thessalonique au nord), la Grèce centrale, l'Attique et tout le Péloponnèse sont dans l'isotherme à 27°, avec une bulle à 28° pour la Laconie. Les vents du nord rafraîchissent les températures pour l'Égée.

Le versant ouest ionien (Épire, Étolie-Acarnanie, ouest du Péloponnèse et ouest de la Crète) est le plus arrosé, avec une pluviométrie entre 1 000 et 1 400 mm de pluie par an. Le nord-est du pays (Thrace, Chalcidique, est de l'Eubée parfois jusqu'à Tinos et Andros) reçoit des dépressions lui assurant une pluviométrie de 800 à 1 400 mm de pluie par an, en fonction de l'altitude. La région la plus sèche va donc de l'Attique aux Cyclades (400 à 600 mm de pluie par an)

Faune et flore

La forêt couvre un cinquième du territoire du pays. Parmi les 200 espèces d'arbres, les principaux sont le pin, l'olivier, le peuplier argenté, le cyprès, le châtaignier et le sapin. Ses 65 000 km² sont largement inférieurs aux surfaces des autres pays européens et constamment menacés par la pression immobilière et les incendies de forêts (tels ceux de 2007). 8 000 hectares sont encore une forêt primaire, principalement dans les Rhodopes.

La Grèce est un des pays méditerranéens à avoir conservé le plus sa biodiversité. Plus de 6 000 végétaux sont recensés dont 4 050 espèces sauvages dont 800 sont protégés. On compte aussi 900 espèces animales dont deux cents protégées. Certaines sont endémiques ou dont les derniers représentants sont en Grèce (Phoque moine de Méditerranée, tortue carette). 28 des 36 espèces d'aigles européens vivent dans le ciel de Grèce.

La protection de la nature est un phénomène ancien (1932 : premières lois de protection ; 1937 : premiers parcs nationaux). En 2009, le pays compte neuf parcs nationaux et dix réserves aquatiques. 400 zones supplémentaires ont été protégées dans le cadre du plan européen Natura 2000. Cependant, la réalité est différente : les activités humaines (chasse, agriculture, immobilier, tourisme, etc.) empiètent sans grande crainte de représailles légales sur les zones protégées.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : mardi 02 octobre 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site